Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2017

When the blossom comes to bloom

 

 

 

 Pour écrire des notes de voyages, tenir un journal, il ne faut pas que l’émotion soit trop forte. Beaucoup de choses peuvent être racontées, anecdotes, pas toujours amusantes sur le coup d’ailleurs, mais comme le temps passé –surtout en vacances- est toujours joli, il est plaisant de faire partager aux proches et aux amis les épisodes d’une aventure même si elle est un million de fois moins spectaculaire que l’ascension du Mont Blanc sur un seul pied en fermant un œil, expérience non encore tentée mais cela ne saurait tarder au train où vont les choses. Vous rendez-vous compte ? Raconter son voyage dans un pays européen dont les habitants souffrent d’une baisse du pouvoir d’achat, alors que des journalistes intrépides risquent leur vie dans des pays en guerre sans pouvoir toujours rapporter ce qu’ils ont vu ! Jamais je n’oserai.

 Seulement voilà : ce pays rongé par la crise sociale mais dont les habitants vivent librement et en paix depuis presque trente ans, ce pays qui connaît autant de problèmes et même plus que la France, ce pays est la Pologne. A Cracovie après la visite du château Wavel, après avoir admiré de là-haut le méandre de la Vistule, après avoir flâné autour du Rynek et pris en photo l’alignement des arcades de la Halle aux draps, après avoir dégusté une pleine assiette de pilorgi, on franchit le fleuve pour se trouver place Bohaterow Getta au milieu des chaises vides. Elles sont en bronze et symbolisent l’absence des personnes qui étaient rassemblées ici lors de la liquidation du ghetto en 1943, avant leur transport vers les camps d’extermination.

 C’est ici que le voyage commence, le vrai, celui qui vous transporte. Au-delà de tout, des kilomètres d’autoroute, des plaisirs de la table, de la bière du pays, des temples de la paix de Jawor et Swidnica, des trésors des églises, des promenades le long de l’Oder à Wroclaw jusqu’au Raclawice, cette toile qui raconte sur 120 mètres et 360° l’insurrection de Kosciuszko de 1794, au-delà des Carpates et plus en profondeur que les 125 mètres du sous-niveau Kazanow de la mine de sel de Wieliczka où l’on pouvait déguster la choucroute polonaise après avoir contemplé le bas-relief de la Fuite en Egypte sculpté par les mineurs dans le sel. A Podgorze sur la place Bohaterow Getta nous sommes loin, très loin de l’histoire et de la géologie. Nous sommes loin de tout, cela m’a été confirmé par un professeur qui avait lu beaucoup de livres : il m’a dit que c’était loin tout ça, qu’il fallait passer à autre chose.

 Ici le passé a fermé ses portes. Passé le pont Powstancow Slaskich sur la Vistule les professeurs d’histoire, même agrégés, sont condamnés au silence. Nous sommes à des années lumière de Kosciuszko et de la lutte d’un pays pour son indépendance. Ici il n’y a pas de champ de bataille car n’y eut pas de lutte. Les fresques historiques et les livres sont inutiles car les événements qui eurent lieu sur cette place sont indicibles. On peut donner des dates, oser des chiffres, et même prendre des airs sérieux, compatissants, outrés. Mais toujours on restera en deçà de ce que le cœur humain pourrait exprimer s’il avait la parole. Ce ne sont ni des ennemis ni des hors-la-loi qui ont été emportés, mais des gens qui étaient nés.

 

 

A little garden,
Fragrant and full of roses.
The path is narrow
And a little boy walks along it.

A little boy, a sweet boy,
Like that growing blossom.
When the blossom comes to bloom
The little boy will be no more.


Écrit par Frantisek Bass, né le 04 septembre 1930, mort à Auschwitz le 28 octobre 1944.

(poème exposé au musée du camp de Theresienstadt à Terezin en République tchèque)

 

Écrire un commentaire