Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2021

Fiction

 

 

 

Selon quelques alarmistes toujours prêts à envisager le pire, le pays était menacé par des envahisseurs dont les oreilles ressemblaient à celles de la petite souris rendue célèbre par Walt Disney. Quel danger menaçait donc la nation ? Des rongeurs allaient-ils s’emparer des administrations, des bureaux de poste, des écoles, et fouler aux pieds une république ? Ils faisaient peur. Leur accoutrement n’avait pourtant rien d’effrayant. Comment des clowns déguisés en Mickey auraient-ils menacé un trésor légué par les patriarches des origines et transmis avec mille précautions pendant des générations à nos républicains d’aujourd’hui ? Pourquoi ? Parce que les grandes oreilles dressées sur la tête des nouveaux venus n’étaient pas mais alors pas du tout une clownerie. Le port de ce couvre chef était une manière d’honorer Grand Mickey, selon les prescriptions gravées dans le livre qui les accompagnait partout. On y apprenait que des humains qui n’obéissaient pas à leur loi finiraient brûlés dans les flammes de l’enfer.

 

L’invasion s’étendit à tout le pays, facilement et sans bruit. Facilement car, à quelques exceptions près, ces gens dont les mœurs étaient différentes de celles des indigènes, prenaient mille précautions pour ne pas porter atteinte aux règles du pays conquis. Tel César homme de guerre respectueux des coutumes locales des provinces occupées par ses légions, les centaines de milliers d’intrus qui déferlèrent sur le pays prirent mille précautions pour ne pas souiller le trésor républicain : grandes oreilles oui, mais pas dans le service public. D’ailleurs les gens d’ici les en félicitaient. Et quand quelque fou, ivre de république, refusait de voir son enfant accompagné par un être à grandes oreilles lors d’une sortie scolaire, il était vite ramené à la raison, de sages enseignants lui rappelaient que les sorties éducatives étaient précisément des sorties, et que le respect de la laïcité était plus que jamais respecté à l’intérieur de l’école. Dans les crèches publiques, les Mickey respectueux de la loi ne mettaient jamais les pieds. Employés de plus en plus dans les administrations car de plus en plus nombreux, au pointage du matin, ils ôtaient leurs oreilles et les rangeaient avec précaution dans leur poche, en évitant de les froisser. Rassurés, les gens d’ici constataient alors que ceux venus d’ailleurs n’avaient rien d’effrayant, et même qu’ils leur ressemblaient. On avait craint une guerre, ces gens apportaient la paix et même plus, ils suscitaient dans la population locale jusque là un peu endormie, un nouveau sentiment, mélange de curiosité et d’empathie interrelationnelle. Les laïques rengainèrent leurs armes, les maires des plus petits villages cédèrent pour une bouchée de pain des terrains en friche où s’élevèrent bientôt des palais encore plus hauts que celui pourtant déjà magnifique de la Belle au bois dormant. Les envahisseurs ne l’étaient plus, ils étaient accueillis et purent ainsi pratiquer leur culte.

 

Au début, les natifs habitués au calme dans les milieux de journée se dirent gênés par les chants entonnés depuis la hauteur des édifices, d’où les nouveaux venus chargés des offices appelaient leurs ouailles à la prière. En chipotant un peu, on pouvait juger ces appels sonores peu respectueux du principe de séparation de la religion d’avec l’état. D’autant plus qu’en rapport avec l’augmentation de la population nouvelle, le nombre de fidèles augmentait, auxquels il fallut ajouter une multitude de nouveaux adeptes parmi les gens d’ici, attirés par les mystères d’une religion inconnue, aussi par le goût du neuf et de l’exotique. Les religions traditionnelles perdant leurs adeptes, il ne fut pas nécessaire de construire de nouveaux monuments, églises et temples furent transformés, il suffisait de décrocher les symboles religieux surannés et de laisser les murs nus, car la religion venue d’ailleurs interdisait la représentation des personnages divins, le seul signe qui la distinguait des autres étant, comme on vous l’a dit, le port par les fidèles de deux grandes oreilles, ce qui était suffisant pour attirer le regard et dispensait les religieux de longs discours pour convaincre, car on sait quel prix les hommes accordent aux apparences, tentés qu’ils sont toujours de prendre leurs congénères pour modèles. Dans les radios, les journaux, on ne parlait plus que de cela, le pays entrait dans une ère nouvelle. On nous répétait que partout dans le monde où des peuples différents s’étaient rencontrés, l’humanité tout entière avait fait des pas de géant. Les progrès humains étaient dus au mélange, à l’échange, d’ailleurs le vocabulaire s’enrichit, de verbes au mode infinitif on fit des noms communs, on parla du « vivre ensemble », et même les personnes qui n’avaient pas réussi à l’école prononcèrent des mots difficiles comme Multiculturalisme, et malheur à celui pour qui le respect de la Diversité des cultures n’était pas une cause nationale. Il était mis à l’écart, on l’accusait de xénophobie, accusation d’ailleurs injustifiée car les gens dont il craignait la présence n’étaient plus depuis bien longtemps des étrangers, si toutefois ils l’avaient été un jour.

 

Ainsi le pays tout entier se mit à vivre à l’heure de Mickey. De grandes oreilles se dressaient partout, sans aucune atteinte à la laïcité, car dans ces lieux où le service public n’existait pas : rues, usines, commerces, hôtels, restaurants, banques, garages, parkings, foires, fêtes et kermesses locales, colonies de vacances, clubs sportifs, plages, campings, chaînes de télévision, cinémas, théâtres, stades, arènes, cliniques, centres de rééducation, partis politiques, syndicats, on vit même d’anciens militants de la libre pensée, des laïques durs de durs arborer des oreilles de Mickey à la tribune de leurs congrès. Mais aussi, car il faut vivre avec son temps, les adeptes de la foi nouvelle s’installèrent partout où le service public avait perdu de sa superbe : gares, bureaux de poste, hôpitaux, écoles, cantines, universités, crèches, musées, chaînes de télévision. A l’exception des nostalgiques du passé, personne ne regrettait la disparition de services publics qui coûtaient bien cher en comparaison de ce qu’ils rapportaient. De mauvaises langues chuchotaient même que parmi ces nostalgiques on comptait des personnes qui, craignant une promiscuité dangereuse, ne confiaient plus leurs enfants au service public d’éducation, lui préférant une école privée qui coûtait cher, mais qui ferait d’eux des citoyens instruits et honnêtes. Donc, pas de regret. La république n’avait pas besoin d’ennemis pour faillir, elle s’éteignait toute seule.

 

A ce qu’on pouvait croire. C’est là qu’on voit la force des institutions : certes, au palais présidentiel, le personnel était dans les cartons, président, secrétaires, sous-secrétaires se préparaient au départ. Je sais ce que vous pensez, qu’ils étaient chassés, qu’un coup d’état avait mis fin à deux siècles de démocratie ? Pas du tout ! Le pays dont je parle n’était pas une république bananière, dans laquelle quelque bande bien organisée et armée peut en un rien de temps, avec la complicité d’un traître, déplacer quelques pions au sommet d’un état. Non le pays dont je parle était une république authentique, un état de droit sorti, tel Athéna casquée du crâne de Zeus, du cerveau d’esprits éclairés, déployé dans la rue en barricades, produit de l’alliance du peuple et de la philosophie. Ainsi, le seul danger qui pouvait guetter la république était le peuple, puisque c’était lui et lui seul qui décidait, en élisant ses représentants. Quand l’échéance arriva, il choisit pour président un individu bizarre, sur la tête duquel poussait des grandes oreilles, on aurait dit Mickey Mouse. Et dans les couloirs du palais, partout une multitude de petites souris prit possession des lieux. Elles grimpaient partout, s’insinuaient dans les moindres recoins, fouillaient dans les dossiers, et comme elles savaient écrire, dressaient des listes de noms et les communiquaient à d’autres qui battaient le pavé en bandes dans les rues. La suite je ne peux la raconter, je n’en ai ni l’envie ni le courage. D’ailleurs tout cela n’est pas possible, j’ai fait un mauvais rêve ou j’exagère. Oui, c’est ça, j’exagère. Une chose par contre que je range dans le domaine du possible : si un jour des souris à grandes oreilles s’emparent du pouvoir, il y aura toujours un ami, un commentateur, peut-être même un philosophe pour dire : On ne savait pas, on ne pouvait pas prévoir.

 

§

 

 

16/11/2021

Avocat du diable

 

 

  Confronté au silence des autorités, des administrations, des partis politiques, des associations de défense des droits, des sociologues, de la plupart des intellectuels, journalistes et consultants de gauche et de droite, des libres penseurs officiels, des diplômés des grandes écoles, et de ceux qui, autour de moi n’ont fréquenté que les petites,

  Sachant que la quiétude de tout ce beau monde est feinte, oui feinte, car en réalité ils ont peur et croient qu’en fermant les yeux le danger s’estompe,

  Rebelle à la politique munichoise de l’autruche,

 Accablé d’entendre des propos rassurants d’une redondance telle qu’ils en deviennent grossiers, 

  Blessé de n’être jamais au grand jamais accusé de racisme, mais plutôt pensé comme tel ce qui est infiniment plus grave, car le non-dit a un poids idéologique certain dans la sphère de ceux qui aiment tout le monde sauf ceux qui ne pensent pas comme eux,

  Lassé de tourner et retourner le problème sous les angles les plus divers, et d’avoir épuisé tous les arguments que mon cerveau sur le déclin est allé encore cherché dans le tréfonds de réserves qui s’épuisent,

 Fatigué de dire et d’écrire que religion et obscurantisme sont une seule et même chose : un fléau contre lequel il faut se prémunir avant qu’il ne soit trop tard,

 J’ai décidé de me faire l’avocat du diable et de m’adresser un courrier depuis ce beau pays d’Iran qui, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, a fait de moi un ayatollah moyen, un barbu de la rue, bref, un homme qui vit, qui pense, qui croit, qui aime, qui hait, qui est, à quelque milliers de kilomètres d’ici, et maintenant.

 

Lettre persane

 

Téhéran, le 27 juin 2009, à Michel Pourny

 

 Au nom de Dieu clément et miséricordieux,

 Mais qu’est-ce qu’ils ont, tous ces républicains de salon à nous faire la morale, à nous prescrire comment il faut vivre, comment on doit s’habiller, se couvrir, comment on doit traiter nos femmes, éduquer nos enfants ?

 Les libertés individuelles de leur république, elles leur sont réservées. En réalité, la liberté, ils la respectent quand elle les arrange : libertinage, luxure, pornographie, sexualité contraire à la nature. Ils se disent humanistes et ne protègent pas leurs compagnes. Dans les tenues les plus honteuses, ils les exhibent sur panneaux publicitaires, écrans plats et magazines. Mais quand celles-ci les trompent, ce sont palabres interminables devant les tribunaux, car nos grands démocrates qui pendant des siècles ont soumis la moitié du monde par les armes et le meurtre, s’interdisent fouet, lapidation et potence pour châtier les criminels. Ils ressemblent à ceux qui, lorsque la tempête se précipite des cieux avec les ténèbres, les éclairs et la foudre, effrayés par l’image de la mort, se bouchent les oreilles de leurs doigts pour ne pas entendre le bruit du tonnerre. Pour eux, les hommes sont des anges, le voleur était dans le besoin, le violeur un enfant maltraité, le délinquant de banlieue un habitant de quartier défavorisé, le terroriste un produit de la misère. Selon le vieil adage, il n’est pire innocent qu’un coupable qui ne risque rien, comment expliquer autrement le dérèglement de leurs sociétés ?

 Ils se permettent aussi de délivrer des brevets en démocratie, et vas-y que je te donne des conseils aux turcs, aux afghans. Ils font maintenant des reproches aux Iraniens. Comme si ce grand peuple -depuis sept mille ans civilisé, lui- avait besoin de conseils. Cette jeune république courageuse qui ose mettre un peu d’ordre dans les affaires humaines a-t-elle des leçons à recevoir d’un Occident où l’inconduite et la débauche se propagent jusqu’aux sommets des états ? Cette jeune république pour laquelle quatre-vingt pour cent de la population se déplace et s’exprime lors des consultations électorales. Peut-on en dire autant de ces vieilles démocraties minées par la désespérance, où l’on ne croit plus en rien, où même la dernière valeur encore respectée, la richesse matérielle, est définitivement remise en cause ?

 Oui, je maintiens : républicains de salon, voilà ce que vous êtes. Ironiques ou arrogants, vous toisez les peuples du monde qui vivent et pensent autrement, pour lesquels vos chartes, vos prétendus droits de l’homme n’ont de valeur qu’exotique. Si une minorité d’entre vous reconnaît l’importance, le bien-fondé de la diversité culturelle, la majorité reste convaincue que ce qui est pour elle un droit doit l’être pour tous. Vous vous référez aux penseurs impies, ces salonards du dix-huitième siècle, ces « sages » intellectuels précurseurs de la terreur. Inventeurs de la guillotine, cette arme barbare qui a tranché la tête de milliers de révolutionnaires et d’innocents, vous êtes froissés quand nos juges font couper la main d’un voleur, quand on donne quelques coups de fouet à un ennemi de Dieu, ou quand on jette quelques pierres à une femme adultère.

 Vous dressez un tableau apocalyptique de nos mœurs, vous brocardez notre piété, vous mettez notre guide suprême à l’index. Mais au nom de quoi, au nom de qui nous donnez-vous des leçons ? Vos filles traînent dans les rues, vous ne croyez plus en rien, vos présidents sont corrompus.

 Votre déclaration des droits de l’homme, vous la proclamez universelle. Commencez, messieurs, par appliquer chez vous vos propres lois, au lieu de les imposer aux autres.

 Car vos œuvres, vous devrez un jour en répondre. Ceux qui occuperont la droite entreront dans le jardin des délices. Ils vous demanderont : Qui vous a fait tomber dans l’enfer ?

« Nous n’avons point fait la prière, répondrez-vous. Nous n’avons point nourri le pauvre. Nous avons disputé avec les amateurs de frivolités, et nous avons traité de chimère le jour de la résurrection. »

 La mort fatale alors vous surprendra. Vous irez au supplice que vous traitiez de chimère. Vous ne serez point à l’abri des flammes, elles s’élanceront de tous côtés en pyramides hautes comme le faîte des palais.

 Cependant, le séjour de la félicité sera le partage des hommes vertueux. Il sera planté d’arbres et de vignes. Des filles célestes au sein arrondi et palpitant en feront l’ornement, telle sera la récompense de Dieu,

 Allah est grand.

 

 

Signé : Pournymedinejad

 

§

16:36 Publié dans étrange | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2021

Fiction

 

 Selon quelques alarmistes toujours prêts à envisager le pire, le pays était menacé par des envahisseurs dont les oreilles ressemblaient à celles de la petite souris rendue célèbre par Walt Disney. Quel danger menaçait donc la nation ? Des barbares allaient-ils s’emparer des administrations, des bureaux de poste, des écoles, et fouler aux pieds une république ? Les envahisseurs faisaient peur. Leur accoutrement n’avait pourtant rien d’effrayant. Comment des clowns déguisés en Mickey auraient-ils menacé un trésor légué par les patriarches des origines et transmis avec mille précautions pendant des générations à nos républicains d’aujourd’hui ? Pourquoi ? Parce que les grandes oreilles dressées sur la tête des nouveaux venus n’étaient pas mais alors pas du tout une clownerie. Le port de ce couvre chef était une manière d’honorer Grand Mickey, selon les prescriptions gravées dans le livre qui les accompagnait partout. On y apprenait que des humains qui n’obéissaient pas à leur loi finiraient brûlés dans les flammes de l’enfer.

 L’invasion s’étendit à tout le pays, facilement et sans bruit. Facilement car, à quelques exceptions près, ces gens dont les mœurs étaient différentes de celles des indigènes, prenaient mille précautions pour ne pas porter atteinte aux règles du pays conquis. Tel César homme de guerre respectueux des coutumes locales des provinces occupées par ses légions, les centaines de milliers d’intrus qui déferlèrent sur le pays prirent mille précautions pour ne pas souiller le trésor républicain : grandes oreilles oui, mais pas dans le service public. D’ailleurs les gens d’ici les en félicitaient. Et quand quelque fou, ivre de république, refusait de voir son enfant accompagné par un être à grandes oreilles lors d’une sortie scolaire, il était vite ramené à la raison, de sages enseignants lui rappelaient que les sorties éducatives étaient précisément des sorties, et que le respect de la laïcité était plus que jamais respecté à l’intérieur de l’école. Dans les crèches publiques, les Mickey respectueux de la loi ne mettaient jamais les pieds. Employés de plus en plus dans les administrations car de plus en plus nombreux, au pointage du matin, ils ôtaient leurs oreilles et les rangeaient avec précaution dans leur poche, en évitant de les froisser. Rassurés, les gens d’ici constataient alors que ceux venus d’ailleurs n’avaient rien d’effrayant, et même qu’ils leur ressemblaient. On avait craint une guerre, ces gens apportaient la paix et même plus, ils suscitaient dans la population locale jusque là un peu endormie, un nouveau sentiment, mélange de curiosité et d’empathie interrelationnelle. Les laïques rengainèrent leurs armes, les maires des plus petits villages cédèrent pour une bouchée de pain des terrains en friche où s’élevèrent bientôt des palais encore plus hauts que celui pourtant déjà magnifique de la Belle au bois dormant. Les envahisseurs ne l’étaient plus, ils étaient accueillis et purent ainsi pratiquer leur culte.

 Au début, les natifs habitués au calme dans les milieux de journée se dirent gênés par les chants entonnés depuis la hauteur des édifices, d’où les nouveaux venus chargés des offices appelaient leurs ouailles à la prière. En chipotant un peu, on pouvait juger ces appels sonores peu respectueux du principe de séparation de la religion d’avec l’état. D’autant plus qu’en rapport avec l’augmentation de la population nouvelle, le nombre de fidèles augmentait, auxquels il fallut ajouter une multitude de nouveaux adeptes parmi les gens d’ici, attirés par les mystères d’une religion inconnue, aussi par le goût du neuf et de l’exotique. Les religions traditionnelles perdant leurs adeptes, il ne fut pas nécessaire de construire de nouveaux monuments, églises et temples furent transformés, il suffisait de décrocher les symboles religieux surannés et de laisser les murs nus, car la religion venue d’ailleurs interdisait la représentation des personnages divins, le seul signe qui la distinguait des autres étant, comme on vous l’a dit, le port par les fidèles de deux grandes oreilles, ce qui était suffisant pour attirer le regard et dispensait les religieux de longs discours pour convaincre, car on sait quel prix les hommes accordent aux apparences, tentés qu’ils sont toujours de prendre leurs congénères pour modèles. Dans les radios, les journaux, on ne parlait plus que de cela, le pays entrait dans une ère nouvelle. On nous répétait que partout dans le monde où des peuples différents s’étaient rencontrés, l’humanité tout entière avait fait des pas de géant. Les progrès humains étaient dus au mélange, à l’échange, d’ailleurs le vocabulaire s’enrichit, de verbes au mode infinitif on fit des noms communs, on parla du « vivre ensemble », et même les personnes qui n’avaient pas réussi à l’école prononcèrent des mots difficiles comme Multiculturalisme, et malheur à celui pour qui le respect de la Diversité des cultures n’était pas une cause nationale. Il était mis à l’écart, on l’accusait de xénophobie, accusation d’ailleurs injustifiée car les gens dont il craignait la présence n’étaient plus depuis bien longtemps des étrangers, si toutefois ils l’avaient été un jour.

 Ainsi le pays tout entier se mit à vivre à l’heure de Mickey. De grandes oreilles se dressaient partout, sans aucune atteinte à la laïcité, car dans ces lieux où le service public n’existait pas : rues, usines, commerces, hôtels, restaurants, banques, garages, parkings, foires, fêtes et kermesses locales, colonies de vacances, clubs sportifs, plages, campings, chaînes de télévision, cinémas, théâtres, stades, arènes, cliniques, centres de rééducation, partis politiques, syndicats, on vit même d’anciens militants de la libre pensée, des laïques durs de durs arborer des oreilles de Mickey à la tribune de leurs congrès. Mais aussi, car il faut vivre avec son temps, les adeptes de la foi nouvelle s’installèrent partout où le service public avait perdu de sa superbe : gares, bureaux de poste, hôpitaux, écoles, cantines, universités, crèches, musées, chaînes de télévision. A l’exception des nostalgiques du passé, personne ne regrettait la disparition de services publics qui coûtaient bien cher en comparaison de ce qu’ils rapportaient. De mauvaises langues chuchotaient même que parmi ces nostalgiques on comptait des personnes qui, craignant une promiscuité dangereuse, ne confiaient plus leurs enfants au service public d’éducation, lui préférant une école privée qui coûtait cher, mais qui ferait d’eux des citoyens instruits et honnêtes. Donc, pas de regret. La république n’avait pas besoin d’ennemis pour faillir, elle s’éteignait toute seule.

 A ce qu’on pouvait croire. C’est là qu’on voit la force des institutions : certes, au palais présidentiel, le personnel était dans les cartons, président, secrétaires, sous-secrétaires se préparaient au départ. Je sais ce que vous pensez, qu’ils étaient chassés, qu’un coup d’état avait mis fin à deux siècles de démocratie ? Pas du tout ! Le pays dont je parle n’était pas une république bananière, dans laquelle quelque bande bien organisée et armée peut en un rien de temps, avec la complicité d’un traître, déplacer quelques pions au sommet d’un état. Non le pays dont je parle était une république authentique, un état de droit sorti, tel Athéna casquée du crâne de Zeus, du cerveau d’esprits éclairés, déployé dans la rue en barricades, produit de l’alliance du peuple et de la philosophie. Ainsi, le seul danger qui pouvait guetter la république était le peuple, puisque c’était lui et lui seul qui décidait, en élisant ses représentants. Quand l’échéance arriva, il choisit pour président un individu bizarre, sur la tête duquel poussait des grandes oreilles, on aurait dit Mickey Mouse. Et dans les couloirs du palais, partout une multitude de petites souris prit possession des lieux. Elles grimpaient partout, s’insinuaient dans les moindres recoins, fouillaient dans les dossiers, et comme elles savaient écrire, dressaient des listes de noms et les communiquaient à d’autres qui battaient le pavé en bandes dans les rues. La suite je ne peux la raconter, je n’en ai ni l’envie ni le courage. D’ailleurs tout cela n’est pas possible, j’ai fait un mauvais rêve ou j’exagère. Oui, c’est ça, j’exagère. Une chose par contre que je range dans le domaine du possible : si un jour des souris à grandes oreilles s’emparent du pouvoir, il y aura toujours un ami, un commentateur, peut-être même un philosophe pour dire : On ne savait pas, on ne pouvait pas prévoir.

 

§