Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2020

Il aurait fallu…

 


 Sacrebleu ! Pas seulement sur les plateaux de télévision, sur les réseaux sociaux, mais aussi au téléphone, dans ma rue, et jusqu’ici, partout. Ils sont partout. Les médecins. Et encore je suis modeste. Je devrais dire les spécialistes. On savait les Jesaistout déjà nombreux dans le pays. Comme certains virus, ils ont le pouvoir de muter. Et les voilà devenus –par quel miracle allez savoir- virologues.

 Entouré comme je le suis, je me soucie de moins en moins de ma santé. Comment craindrais-je quelque chose ?

 Certes il y avait déjà cette tendance dans notre pays à se passer du cabinet médical. On appelait cela l’automédication. Des paroles de ma mère me reviennent : « Si c’était pour me dire ça, j’aurais bien pu me soigner moi-même ». Car pour elle comme pour beaucoup, la médecine devait être une science exacte, un peu comme les mathématiques -qu’elle enseignait d’ailleurs. Virus + diagnostic + médicament = guérison. Seulement voilà, on n’agit pas sur la maladie comme sur une équation du second degré (elle était en collège). La compétence indiscutable d’un professeur dans le domaine mathématique n’implique pas automatiquement l’irréfutabilité du diagnostic établi par le médecin, surtout face à une maladie inconnue.

 C’est ce qui se passe en ce moment. La médecine est impuissante, par manque de connaissances et de moyens. Par conséquent, le gouvernement aussi, qui doit agir sans hésitation, mais aussi sans paniquer les êtres faibles que nous sommes.

 Et pendant que les responsables scientifiques, soignants, politiques et gouvernants affrontent la plus grave crise que le monde ait connu depuis la guerre, il y a ce pékin à deux pas de chez tout le monde qui dit : « Il aurait fallu… », « Il n’y avait qu’à… », « Moi ce que j’aurais fait… », ou encore « On s’y est pris trop tard… ». Quand quelques semaines plus tôt il disait que le gouvernement exagérait l’importance de l’épidémie pour faire oublier des mesures politiques désastreuses.

 Virologues, médecins et maintenant gouvernants. Il y a dans notre pays des millions de présidents de la république potentiels. On peut se dire en aparté « heureusement qu’ils ne sont que potentiels ». Mais ne le crions pas trop fort, car la propagation du virus crée des tensions. Regardez les gens se battre devant les magasins pour un rouleau de papier toilette. Quand la bêtise est à nos portes, la violence l’accompagne.

 Dans ces conditions, la solution, c’est de confiner tout ce beau monde. Cloîtrés chez eux, on entendra moins les imbéciles, et comme en plus c’est la seule façon d’en finir avec l’épidémie, on fait d’une pierre deux coups.


§

19:26 Publié dans Colère | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : virus, bêtise, jesaistout

17/01/2020

Desproges reviens! Ils sont devenus fous

 

 Petite musique chantée il y a peu, pour "rire":


« Jesus, jésus, jésus est pédé membre de la LGBT du haut de La Croix pourquoi l'avoir cloué, pourquoi ne pas l'avoir enc... »


C'était sur France Inter, radio publique.


Je me rappelle un humoriste, il y a quelques années, à qui l'on demandait pourquoi il s'en prenait à toutes les religions sauf à l'islam, et qui répondait:

"parce que j'ai une famille".

 Parole de vérité, qui ne traduisait ni courage ni lâcheté, qui montrait simplement qu'une entreprise totalitaire s'installe peu à peu dans le pays, police de la pensée.

 La direction de la radio a déclaré que


"La crudité de certaines expressions ne semble pas appropriée, quelles que soient les intentions de l'auteur."


 C'est tout ? Oui, c'est tout. Crudité, non appropriée, intentions (supposées bonnes) de l'auteur...


 Imaginons que le chanteur, totalement inconscient et irresponsable (surtout s'il a une femme, une famille, des parents) ait chanté:

"Mahomet, Mahomet est pédé",

comment aurait réagi la direction de la radio?


Elle n'aurait pas eu à s'excuser pour la simple raison que le chanteur n'aurait pas mis ces mots en musique sur une radio aussi respectable et respectueuse des opinions religieuses de ses auditeurs.

§

30/11/2019

Hommage

 

 Treize français sont morts au Mali.


 Ces hommes avaient l’âge de mes fils. Ils étaient un peu comme eux, engagés à fond dans la vie, enthousiastes, ne calculant pas leur peine. Mais le destin a voulu que ces hommes là se trouvent un jour en mission dans un pays en guerre, mission dangereuse car dirigée contre un ennemi qui ne recule devant rien pour semer la terreur.

 Ils auront droit à tous les hommages, celui du président, ceux de tous les français. 

 

§

 

 Est-ce le moment de mettre en doute la légitimité de l’intervention militaire française dans cette région du monde ? Non, car on ajoute ainsi à la peine des familles le sentiment que tout compte fait le sacrifice des soldats engagés n’aura servi à rien. "Vous voyez bien, le terrorisme a encore eu le dernier mot..."  Honteux ! Coup de poignard dans le dos porté depuis Paris par des politiciens qui n’ont qu’un but, séduire, conquérir de nouveaux électeurs parmi des gens qui de bonne foi n’aspirent qu’à la paix.


 Dire que ce combat là-bas n'a d'autre issue que le retrait des troupes revient à accorder aux terroristes cette arme qui leur manque encore : le découragement, et finalement : le renoncement de l’adversaire. Ils pourront ainsi s’emparer des états qu’ils convoitent, en faire des bases de départ pour des attaques contre la France et d’autres démocraties.


 Il est extrêmement difficile de convaincre certains pacifistes que face au terrorisme islamiste les mots, le dialogue sont impossibles. Car ces défenseurs de la paix à tout prix ne sont pas toujours des défenseurs de la démocratie à tout prix, il peut leur arriver de partager certains points de vue pas très favorables à la culture occidentale, ses valeurs, ses lumières et ses libertés. Ils défilaient il y a peu derrière des écriteaux, des chants et des slogans peu compatibles avec la tradition laïque et républicaine.


 Aux pacifistes on serait en droit de demander, eux qui sont partout et toujours pour le retrait de toutes les troupes : que se serait-il passé en 1940 et 1941 si les pacifistes américains avaient été suffisamment influents pour convaincre Roosevelt de ne pas s’engager dans la guerre ?

 

§