Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2020

Le racisme s’attaque à toutes les couleurs



 « Sale blanc, sale français ! » En voilà des propos peu sympathiques. J’ai entendu que ce n’était pas du racisme, tout au plus des insultes, lancées sous le coup de l’émotion par des jeunes discriminés. Ces derniers seraient les victimes, les seules, les vraies. J’ai même entendu que dans des écoles, des stages syndicaux étaient interdits aux blancs. C’est aux blancs, aux français, ces colonisateurs de l’Afrique qu’il faudrait donc intenter un procès. Oh là ! Pas si vite ! S’il y a eu des guerres et des colons, c’était avant. Beaucoup d’entre nous n’étaient même pas nés. Ce n’est pas à soixante millions de français de payer pour des fautes que leurs ancêtres et encore pas tous, ont commises. S’il faut revenir sur le passé, c’est un jeu dangereux, attendons-nous à des surprises.


 La société bien pensante, qui porte sur ses épaules l’humanisme planétaire, les droits humains, la fraternité et la paix entre les peuples, s’insurge contre l’idée qu’il pourrait y avoir un racisme anti-blanc. Elle est contente. Son journal a dit quelque chose qu’elle partage. Le racisme en France touche une écrasante majorité de personnes d’origine étrangère, surtout quand la couleur de leur peau n’est pas blanche. Qu’il y ait parfois –et encore méfions-nous des témoignages, on sait que l’extrême droite est partout - des abus venant de personnes qui en ont assez d’être discriminées, obligées de poireauter au bas des immeubles, impatientes qu’elles sont de trouver un boulot, cela ne fait aucun doute. Il ne faut pas prendre ces insultes, le mot est un peu fort, au pied de la lettre. Si vous entendez un jour « sale blanc, sale français », dîtes-vous que c’est un appel au secours, le cri de quelqu’un qui souffre, une victime du capitalisme sauvage, un laissé pour compte, un jeune en mal de vivre, un martyr, pire : un produit de votre propre société en décomposition. Répondez à son appel, excusez-vous, qu’il vous pardonne enfin d’être l’arrière petit-fils d’un homme qui a peut-être été pour quelque chose dans la colonisation de son pays, et qui sait, peut-être d’avoir élu en mai 1981 un président de la république qui, garde des sceaux du gouvernement socialiste en 1956, n’était pas le dernier à accepter et même ordonner les décapitations de nationalistes algériens, entre autres d'un responsable du parti communiste de ce pays, Fernand Iveton.


 Le pire, que j’ai entendu : Peut-on vraiment être raciste et inciter à la haine raciale en étant noir ?


 Oui. On peut être raciste en étant noir. On peut être raciste en étant juif, arabe, asiatique, même les blancs peuvent être racistes. On peut être raciste en étant de gauche, de droite, chrétien, musulman ou athée. Le racisme n’a pas une couleur particulière, c’est toujours une horreur. Un délit.


§

 

19/03/2020

Il aurait fallu…

 


 Sacrebleu ! Pas seulement sur les plateaux de télévision, sur les réseaux sociaux, mais aussi au téléphone, dans ma rue, et jusqu’ici, partout. Ils sont partout. Les médecins. Et encore je suis modeste. Je devrais dire les spécialistes. On savait les Jesaistout déjà nombreux dans le pays. Comme certains virus, ils ont le pouvoir de muter. Et les voilà devenus –par quel miracle allez savoir- virologues.

 Entouré comme je le suis, je me soucie de moins en moins de ma santé. Comment craindrais-je quelque chose ?

 Certes il y avait déjà cette tendance dans notre pays à se passer du cabinet médical. On appelait cela l’automédication. Des paroles de ma mère me reviennent : « Si c’était pour me dire ça, j’aurais bien pu me soigner moi-même ». Car pour elle comme pour beaucoup, la médecine devait être une science exacte, un peu comme les mathématiques -qu’elle enseignait d’ailleurs. Virus + diagnostic + médicament = guérison. Seulement voilà, on n’agit pas sur la maladie comme sur une équation du second degré (elle était en collège). La compétence indiscutable d’un professeur dans le domaine mathématique n’implique pas automatiquement l’irréfutabilité du diagnostic établi par le médecin, surtout face à une maladie inconnue.

 C’est ce qui se passe en ce moment. La médecine est impuissante, par manque de connaissances et de moyens. Par conséquent, le gouvernement aussi, qui doit agir sans hésitation, mais aussi sans paniquer les êtres faibles que nous sommes.

 Et pendant que les responsables scientifiques, soignants, politiques et gouvernants affrontent la plus grave crise que le monde ait connu depuis la guerre, il y a ce pékin à deux pas de chez tout le monde qui dit : « Il aurait fallu… », « Il n’y avait qu’à… », « Moi ce que j’aurais fait… », ou encore « On s’y est pris trop tard… ». Quand quelques semaines plus tôt il disait que le gouvernement exagérait l’importance de l’épidémie pour faire oublier des mesures politiques désastreuses.

 Virologues, médecins et maintenant gouvernants. Il y a dans notre pays des millions de présidents de la république potentiels. On peut se dire en aparté « heureusement qu’ils ne sont que potentiels ». Mais ne le crions pas trop fort, car la propagation du virus crée des tensions. Regardez les gens se battre devant les magasins pour un rouleau de papier toilette. Quand la bêtise est à nos portes, la violence l’accompagne.

 Dans ces conditions, la solution, c’est de confiner tout ce beau monde. Cloîtrés chez eux, on entendra moins les imbéciles, et comme en plus c’est la seule façon d’en finir avec l’épidémie, on fait d’une pierre deux coups.


§

19:26 Publié dans Colère | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : virus, bêtise, jesaistout

17/01/2020

Desproges reviens! Ils sont devenus fous

 

 Petite musique chantée il y a peu, pour "rire":


« Jesus, jésus, jésus est pédé membre de la LGBT du haut de La Croix pourquoi l'avoir cloué, pourquoi ne pas l'avoir enc... »


C'était sur France Inter, radio publique.


Je me rappelle un humoriste, il y a quelques années, à qui l'on demandait pourquoi il s'en prenait à toutes les religions sauf à l'islam, et qui répondait:

"parce que j'ai une famille".

 Parole de vérité, qui ne traduisait ni courage ni lâcheté, qui montrait simplement qu'une entreprise totalitaire s'installe peu à peu dans le pays, police de la pensée.

 La direction de la radio a déclaré que


"La crudité de certaines expressions ne semble pas appropriée, quelles que soient les intentions de l'auteur."


 C'est tout ? Oui, c'est tout. Crudité, non appropriée, intentions (supposées bonnes) de l'auteur...


 Imaginons que le chanteur, totalement inconscient et irresponsable (surtout s'il a une femme, une famille, des parents) ait chanté:

"Mahomet, Mahomet est pédé",

comment aurait réagi la direction de la radio?


Elle n'aurait pas eu à s'excuser pour la simple raison que le chanteur n'aurait pas mis ces mots en musique sur une radio aussi respectable et respectueuse des opinions religieuses de ses auditeurs.

§