Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2018

Sourds et muets

 



 A l’heure où les médias nous abreuvent de détails sur les événements de 1968, l’envie me vient de brocarder les gens qui, ne s’engageant jamais, se contentent d’observer le spectacle du monde. Ils étaient lettrés mais n’entendaient pas les messages des intellectuels de Budapest, de Prague et de Varsovie. Ils sont catholiques mais ne répondent pas aux appels des chrétiens d’Orient persécutés. Ils sont républicains, démocrates, éclairés, instruits et ne voient pas qu’une idéologie barbare est en train de conquérir leur pays.

 Et ce, même quand l’insupportable vient effleurer leur existence. On pourrait approuver Romain Rolland qui haïssait l’idéalisme couard qui détourne les yeux des misères de la vie (1).

 Ce n’est pourtant pas facile d’ignorer le malheur quand il inonde le petit écran, quand vous le croisez dans la rue, quand il frappe à votre porte. Difficile de fermer les yeux devant la détresse. Impossible de ne pas entendre les plaintes et les pleurs.

 Malgré tout, des millions de gens y parviennent. Pour cela tous les moyens sont bons. D’abord l’éloignement physique, dans les beaux quartiers, près des écoles où les enfants seront à l’abri de la mixité sociale –qu’on loue cependant dans les réunions de famille. Le sport est aussi une élégante façon de contourner les problèmes, avec les parcours santé, les spas et autres soins ravissants pour le corps et pour l’esprit. Il y a aussi la culture, la grande, celle qui s’étale sur Arte et Télérama avec toute la délicatesse dont la bourgeoisie éclairée est capable dans son désir ardent d’éduquer le peuple.

 Bien que disposant de tous les moyens d’information imaginables, téléphone (2) collé à l’oreille et relié aux satellites, tous ces esprits très occupés ne savent pas tout car ils ne veulent pas tout savoir. Ils font les étonnés. Ah bon ? Tu es sûr ? Je n’ai pas eu l’info. Les pires sont ces faux-culs qui jouent la méfiance vis-à-vis d’une presse qu’ils jugent avide de scoops. Et quand après mille détours ils ont devant les yeux la pétition, ils la trouvent très pertinente et la signeront peut-être demain, après réflexion.

 Ils ont l’art de sélectionner l’information, parfois même sans s’en rendre compte pour ne pas heurter leur bonne conscience. Et comme le mutisme est souvent en rapport avec la surdité, sourds, ils sont muets. Pourtant, ça papote dans les chaumières. Autour d’une table le dimanche, à Pâques ou à Noël, une quantité incroyable de révolutionnaires s’expriment avec conviction, vigueur et parfois même colère. Voilà le pire à entendre : le bavardage de personnes qui se taisent.

 On peut s’interroger sur les humains que nous sommes. Comment une telle indolence est-elle possible ? Comment l’expliquer sinon par la petitesse de l’âme, la pusillanimité ?


§

 

(1) Couardise : état de celui qui a la queue basse (du latin cauda, queue), qui est lâchement peureux ;
(2) le téléphone portable n’a pas réponse à tout…

 

 

10:38 Publié dans gens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : surdité, mutisme, couardise

22/02/2018

Foulard bout de tissu

 


Femme voilée,
mon arrière-grand-mère l’était.
Barbe fournie,
il fut un temps où des révolutionnaires l’arboraient !
Femme claustrée,
la France en a connues, elle en claustrera encore.

Livre de prières
il y en a des piles dans les églises, plus encore qu’il y a de croyants.
Tendance à s’imposer,
cela m’est arrivé quand je n’étais pas convaincant.
Crainte du savoir, de l’histoire, de la science.
Peur de comprendre.

Refus du questionnement,
talon d’Achille de mon voisin d’en face.
Envies de violence,
qui oserait dire qu’un jour elles ne l’ont pas chatouillé ?
Camion fou,
alcoolisme, drogue ou simple fatigue. Perte de contrôle.

Conduite irraisonnée,
ainsi va le monde.

 

 En relisant cela je me dis qu’il n’est pas étonnant que l’islam soit compatible avec mon pays. Certes, du voile sur la femme au camion fou qui tue, cela fait beaucoup pour une seule foi. Mais à constater le peu de réactions des gens autour de moi face à la progression d’un mal qui bafoue les lois, nie les valeurs, et ronge le pays tout entier, force est de constater que le danger réside en nous-mêmes, et non en une religion qui n’a de vérité que le nombre de ses adeptes. Et pourquoi sommes-nous ainsi faits, apathiques, indolents, amorphes ?

 C’est que les français, ça n’existe pas. Il y a mon voisin d’en face qui ne se pose pas de question, mon cousin, un autre que je ne connais pas, et des millions qui chaque jour se font un signe en prenant leur courrier. Mais tant que la personne et ses biens ne sont pas menacés, elle se tait. Elle se fait oublier. En réalité, elle a la pétoche. Au tréfonds de nous-mêmes on a détecté le danger, mais comme un français sur cent meurt par accident ou du cancer, on se dit que ce n’est pas encore notre tour. Et on vit bien comme ça.

 Le hic, c’est qu’on a des enfants. Conduite irraisonnée.


§

 

14:42 Publié dans gens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cécité, apathie, français

30/08/2017

Celui qui ne dit jamais oui

 


 Vous avez beau l’interroger sous tous les angles, vous aurez droit à une liste de réponses possibles, assez diverses d’ailleurs parfois même originales. Je passe sur les : « Bah non », « Je ne sais pas », « Certainement pas », pour en arriver au carrément « Non ». Le personnage peut entrer aussi dans de grandes explications. Il faut que vous sachiez une chose : c’est un véritable tour de force de ne jamais acquiescer, approuver ni même consentir. C’est pourquoi même à des questions toutes bêtes qui appellent l’évidence, on trouve le moyen de vous opposer un « ça dépend… ». Je suis à quelques centimètres du personnage, pour tenter d’exister, toutes les questions possibles défilent dans mon esprit, et je me prends à rêver de l’entendre me répondre :

« Mais oui, oui oui oui mon ami, vous avez parfaitement raison, mieux encore je n’y avais pas pensé ! Quelle chance ai-je eu d’être venu vous voir, ah ça, oui vraiment ! »

 Mais ce n’est qu’un rêve car en réalité mon interlocuteur manipule à loisir les tournures de la langue pour me mettre sur la brèche, me faire sentir que mes propos ne sont pas réfléchis, que je parle de ce que je ne connais pas. Les psychologues diront peut-être que cela traduit chez lui un manque d’assurance, un besoin de s’affirmer, d’être tout simplement.

 Curieusement s’il ne dit jamais oui, je remarque que le personnage est doté d’une autre faculté, celle de ne jamais s’interroger. Il ignore le point d’interrogation. Chez lui qui pourtant ne vous dit jamais oui, tout est affirmation, assurance, certitude. Je lui accorderai qu’en privé sûrement il lui arrive de s’interroger, après tout c’est le propre de l’homme de se poser des questions. Mais en société, rigide comme un bloc, il ne laisse aucune prise à ses contemporains, pas d’aspérité, pas la moindre petite faiblesse qui pourrait le changer et faire de lui un être fragile, mortel.

 Il m’arrive de l’envier moi qui ne dort pas la nuit, toujours inquiet de ce qui se passera demain. Mais peut-être me trompé-je et qu’en réalité il est un grand nerveux qui souffre d’un handicap grave et si c’est de cela qu’il s’agit, alors c’est la société qui est malade. Car ils sont nombreux ces gens sûrs d’eux-mêmes, devant lesquels je suis comme une potiche, incapable de proférer un mot qui sonne, un mot qui pèse, un mot qui provoque un bon vieux « Ouais ! », un mot qui appelle un sourire ou mieux… mais là j’espère : un silence complice.

 Je me trouvais donc à la sortie du magasin, de bonne humeur j’adressais à la caissière quelques mots aimables « On a eu bien de la chance ce week-end, car demain ils annoncent de la pluie… » pour m’entendre répondre « Non demain il fera beau, c’est après-demain que ça se couvre ! »


§


Résumé :

1/ C’est difficile d’approuver.
2/ Comme j’aimerais qu’on m’approuve ! 
3/ Qui n’approuve pas ne s’interroge pas nécessairement.
4/ Je suis comme une potiche.
5/ Ultime tentative dans un dialogue avec la caissière, sans succès.

17:11 Publié dans gens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : oui