Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2018

Le téléphone portable à l’école ?


 Il y a aujourd’hui une multitude de sujets d’inquiétude. Réchauffement et catastrophes naturelles, risques de guerres, crises économiques, chômage persistant, misère jusque dans l’hémisphère nord, démographie incontrôlée au sud, maltraitance des femmes, développement de l’obscurantisme religieux, terrorisme, impuissance des démocraties, dictatures bientôt en possession de l’arme nucléaire : Pour le réalisateur de films catastrophes, l’époque est dorée.

 Plus près de nous, un autre sujet d’inquiétude : la technologie. Disons plutôt, la technologie considérée comme un but en soi. Elle est tellement omniprésente qu’elle devient l’alpha et l’oméga de notre vie quotidienne. Jusqu’à ces dernières années le téléphone fut un moyen de communication efficace vite devenu irremplaçable. Maintenant il n’est plus un moyen mais une façon de vivre. Les amis d’aujourd’hui se rejoignent sur Facebook, les voyageurs pianotent leur itinéraire sur Mappy, et quand ils sont aux antipodes c’est grâce à Trivago. Les merveilles du monde, ils les contemplent sur un écran de quarante centimètres carrés.

 Collé à l’oreille à la moindre occasion, même au volant et dans les situations périlleuses, ou quand il interrompt une conversation, que son usage dans certains lieux est une incivilité, de moyen de communication le téléphone devient trop souvent un moyen de l’empêcher. Avant il permettait de parler et d’écouter, de prévenir, d’alerter, d’inviter, d’informer et de rassurer. Comme il s’est adjoint des applications diverses, photographie, cinéma, dictionnaire, recherche documentaire, infos en temps réel, heures d’ouverture des magasins, comparaison des tarifs de tout et n’importe quoi, sans oublier les jeux, il a pris la place d’autres outils moins facilement accessibles, journal quotidien, téléviseur, appareil photo, encyclopédie, valise de jeux, même si dans certains domaines il n’offre pas les mêmes potentialités.

 On peut se demander dans la société d’aujourd’hui quel intérêt il y a encore à lire le journal du matin, à consulter l’Encyclopédia Universalis, à réaliser des tirages photographiques, à prendre le temps de distribuer des cartes à jouer, à lire un poème imprimé sur du papier, à se rendre au musée pour admirer des chefs d’oeuvre, à écouter (au calme) une symphonie ? Aucun. Sauf pour un attardé, un grand-père nostalgique, un ermite, un asocial, un fou.

 C’est pourquoi je dis mille fois bravo au ministre de l’éducation qui interdit (qui veut interdire…) le téléphone portable à l’école. Une décision courageuse, non pas seulement à cause du dérangement que cet appareil occasionne pendant les cours, mais surtout, et j’espère que c’est l’idée du ministre : parce que cet instrument est en rapport constant et en temps réel avec le monde et que le rôle de l’école est de couper pour un temps cette relation, marquer une distance avec les rumeurs, les préjugés, les croyances et les réclames de l’univers marchand qui encombrent notre vie quotidienne.

 Et puis, les enfants ont-ils besoin à l’école d’un appareil qui (paraît-il) a réponse à tout alors que l’enseignant doit leur apprendre à poser les bonnes questions et penser par eux-mêmes ?


§

 

Écrire un commentaire