Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2018

Savoir

 

 

 Cinquante ans ont passé. Tout ce qui en deux mois avait été bousculé s’est remis en place : un ordre pépère ouvert à tous les égarements où se complaît l’esprit humain quand il dort.

 Mais tout le monde ne dort pas, malheureusement. Les événements du siècle passé nous ont appris que la liberté et la démocratie ne sont pas des acquis définitifs. Il faut le dire et le répéter dans les écoles et les familles. Car une arme nouvelle est à la disposition des forces obscures : les mal nommés « réseaux sociaux ». Ils n’ont rien de social et peuvent véhiculer les idées les plus dangereuses. Un piège tendu à une jeunesse perpétuellement distraite car scotchée sur trente millions d’écrans de toutes dimensions qui diffusent à tout moment tout et n’importe quoi.

 Il y a cinquante ans, tous les soirs à 20 heures la télévision publique nous bourrait le crâne. Aujourd’hui grâce au progrès technique, 24 heures sur 24 on nous apprend que la période des soldes commence demain à 9 heures, que la camarade de classe a un copain ou pire une copine, que la prof n’en a pas, que l’orthographe et la syntaxe n’ont aucune importance, que la terre est plate, que l’humanité est née il y a cinq mille ans, et tout cela en temps réel ce qui est fantastique.

 Ajoutez à cela l’anonymat qui permet la propagation des rumeurs. Impunément. Le pseudonyme est déjà un mensonge en lui-même, par omission. Qu’attendent les autorités pour l’interdire ?

 Elle est sans fondement cette idée que les nouveaux systèmes de communication parce qu’ils sont pratiques et rapides sont des moyens infaillibles de s’informer, d’apprendre, de se cultiver tout en rapprochant les individus. Comme si les connaissances pouvaient être livrées sur un plateau ! Si cela était vrai, l’école, le lycée et l’université n’auraient pas de raison d’être. L’acquisition de connaissances exige un effort, au minimum une participation. En appuyant sur un bouton on n’apprend rien. Apprendre, c’est donner de soi-même, chercher, poser des questions, mettre en doute, critiquer, refuser, nier. Prendre ses distances. Réfléchir.

 A l’inverse, on peut « avoir le réseau », la « 4G », un écran plus grand, être informé de partout, recevoir en direct des images des cosmonautes en suspension dans le vide intersidéral …et ne pas savoir qu’ici, dans cette maison, une enfant souffre en silence parce que des voyous font circuler sur Internet une image d’elle en tenue dépouillée, photo prise en cachette dans une cabine de douche lors d’une sortie en classe verte. On ne peut s’empêcher d’imaginer ce que feraient aujourd’hui un Hitler ou un Staline avec la fibre et les satellites.

 Outre le risque d’offrir une large audience à l’expression des plus bas instincts des individus, il y a l’illusion qu’on peut, en tapant un mot, tout savoir sur tout. Derrière une communication de façade, des sollicitations continuelles et des informations éparpillées, il faut craindre le pire : l’effacement d’une pensée intérieure, personnelle, originale.

 

§

10/07/2010

Sur la liberté de l'internaute

 

  Suite à un projet de réglementation sur Internet, visant à ce que les personnes qui s’expriment le fassent en leur nom et non sous un pseudonyme (1), j’ai entendu :

 

Les blogueurs veulent défendre la liberté !

Les blogueurs tiennent à leur liberté !

 

 Une loi obligeant les gens à exprimer leurs opinions en leur propre nom serait donc liberticide ? Sacrebleu, qu’elles sont loin les leçons de morale de nos maîtres de l’école primaire ! Qu’ils sont loin les idéaux de ces penseurs lumineux lus et commentés dans nos classes des lycées ! Des noms prestigieux se rappellent à moi, les Socrate, les Bruno, les Galilée, les Lavoisier, les Louise Michel, les Zola, les Albert Kuntz, les Sakharov, les Soljenitsyne, les Plioutch, tous ces héros dont beaucoup d’entre nous ne connaissent que le nom, ces héros qui parlaient, qui écrivaient, qui clamaient leurs convictions, jusqu’à la porte des prisons, parfois au pied du bûcher, dans les couloirs de la mort, entre les barbelés du goulag, ces porte-drapeau de l’humanisme, du progrès, de la raison, de l’intelligence, n’auraient jamais eu l’idée saugrenue de s’exprimer sous un faux nom, d’ailleurs se seraient-ils cachés, Platon n’aurait rien écrit, la terre serait encore au centre du monde, le peuple de Paris aurait accepté l’humiliation, Dreyfus aurait été définitivement jugé coupable, les fusées V2 auraient atteint leur objectif, entraînant peut-être la victoire du nazisme, les droits de l’homme en URSS seraient restés lettre morte, et le totalitarisme encore une réalité.

 

 Les grandes idées ne sont jamais anonymes (2). C’est aux pénitents de porter la cagoule, aux bandits de masquer leur visage pour échapper à la justice. Les idées et les actes qui ont changé le monde furent toujours œuvres humaines, résultats de la pensée, du travail, du courage aussi de femmes ou d’hommes en chair et en os. Certes il leur fallut parfois se cacher, agir secrètement, pour échapper à la répression d’un pouvoir tyrannique. Mais la clandestinité n’est pas l’anonymat. Quand pour faire entendre sa voix, on risquait sa vie et celle de sa famille, quand pour libérer un peuple on devait rester dans l’ombre… mais pourquoi parler à l’imparfait ? Que des opposants au régime islamiste en Iran se cachent, qui leur reprochera ? Qu’en Chine les internautes s’abritent derrière un pseudonyme, qui s’en offusquera ?

 

 La volonté de ces personnes confortablement installées en société démocratique, à voir dans l’anonymat la préservation de leur liberté paraît bien ridicule ! Ces propos déshonorants, attaques à la personne, injures, dérives antisémites, négationnistes et néo-nazies, sans parler des textes et photographies diffusés par des pédophiles sont-ils l’expression de la liberté ? Serait-ce une atteinte aux libertés démocratiques de les interdire ? L’anonymat est trop souvent l’innommable. La lâcheté de ces-auteurs-qui-n’en-sont-pas est à la mesure de l’irrationalité de leurs élucubrations. Qu’on les contraigne à décliner leurs noms, ils disparaîtront.

 

 J’ai bien conscience que c’est un combat perdu d’avance. Les séraphins (3) qui hurlent aux lois liberticides quand on propose d’interdire la dissimulation de son visage sauf en période de carnaval, qu’on autorise la police à ouvrir les coffres des voitures pour éviter les attentats et combattre le trafic de drogue, qu’on passe au scanner les passagers en aéroport, qu’on interdise le port de la cagoule (4) aux manifestants, qu’on installe des caméras qui permettent d’identifier les délinquants, nos bons angelots clameront qu’au nom de la liberté il est interdit d’interdire, et que la démocratie consiste à cultiver l’irresponsabilité. Un raisonnement qui tient la route ! Vous n’êtes pas sans savoir que, par sa tenue provocante la jeune fille violée l’avait bien cherché, que l’agresseur de la vieille dame était dans le besoin, que le père qui maltraite ses enfants avait lui-même été maltraité, que le pédophile avait été violenté dans son jeune âge, que les caïds de banlieue sont en désespérance, que le terrorisme est lié à la misère, que le port du capuchon, de la casquette ou du foulard sont autant d’expressions d’une identité culturelle que la méchante société occidentale s’efforce d’annihiler. Quant aux victimes, la jeune fille, la vieille dame, l’enfant maltraité ou violé, le locataire d’un logement en banlieue qui a peur de rentrer chez lui, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. A eux il est interdit de se plaindre.

 

 Alors que sur le net, on continue en cachette à déverser des propos immondes sur tout et sur rien, quelle importance ? Je dirai cependant à ces chaperons (5) de la délinquance organisée que je n’ose imaginer le mal que ces innomés de la toile pourraient faire si un régime du type Vichy voyait le jour. Il y eut à l’époque quantité de dénonciations anonymes. Alors, à l’échelle d’Internet…

 

§

 

 

(1) pseudo-, composant grec tiré de pseudos, fausseté ; un pseudonyme est un faux nom.

 

(2) anonyme adj. et n. 1. Se dit d’une personne dont on ignore le nom, ou d’une œuvre sans nom d’auteur. Écrivain anonyme. Ouvrage anonyme. ­ Lettre anonyme, que son auteur n’a pas voulu signer.  © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

 

(3) séraphin n. m. Ange décrit par Isaïe avec trois paires d’ailes. ­ THEOL Séraphins: premier chœur de la première hiérarchie des anges. 

 © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

 

(4) Cagoule (la), nom donné au Comité secret d’action révolutionnaire (C.S.A.R.), organisation d’extrême droite fondée en 1935 par Eugène Deloncle. De 1935 à 1941, elle réunit des groupes armés pour lutter contre le communisme. Elle organisa notam. l’assassinat de Marx Dormoy (1941).

 © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

 

(5) espèce de coiffe, et personne qui en « couvre » une autre (d’où chaperonner).