Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2019

Ils étaient vingt

 


 Manifestation des musulmans à Paris le 10 octobre 2019 en soutien aux familles des victimes de l'attentat terroriste à la préfecture de Paris: 20 personnes étaient rassemblées.


 On nous dit qu'il y a en France 6 millions de musulmans.
 

 Lequel de ces deux chiffres est faux?
 

 Aucun. 20 d'un côté, 6 millions de l'autre. 

 Par contre, dès qu'on suggère que la présence d'une femme voilée dans un conseil régional est une provocation, cela soulève les protestations de la quasi unanimité des français.

 A force de fermer les yeux devant l'habile mais significative progression de l'islam politique, deux camps récoltent les fruits: ce dernier bien sûr...et l'extrême droite.

 

§

 

16/12/2015

Tout compte fait

 

 

 

Tout compte fait, il faut se rendre à l'évidence: l'extrême droite aurait pu faire mieux. Vous rendez-vous compte? A peine 30% des suffrages exprimés! Etant donnée la situation économique et sociale désastreuse du pays, d'une république qui renonce jour après jour à ses principes, qui n'applique plus ses lois, étant donnée la médiocrité de la pensée des gouvernants autant que des opposants, surtout leur manque de courage, si l'extrême droite avait eu l'habileté de se taire sur des sujets qu'elle ne connait pas, en s'abstenant par exemple de dire et répéter qu'il faut sortir de la zone euro, le score de la colère aurait atteint la majorité absolue au premier tour des élections régionales.

 

Je ne sais pas si la victoire d'un parti qui surfe sur le malheur humain aurait fait du bien à la république, mais je suis certain que pour des millions de nos concitoyens le pire est déjà là.

 

 

§

 

29/05/2014

Le séisme n'est pas d'aujourd'hui

 

 

 Les bobos qui s'affolent -ou font semblant- en voyant l'extrême droite devenue premier parti de France ont la mémoire courte. Ce n'est pas un, mais des séismes qui ont fait trembler notre pays, et depuis des dizaines d'années. Un mouvement ouvrier décimé, des centaines de milliers de mineurs du nord et de Lorraine jetés à la rue dans les années soixante et suivantes, des régions dévastées, des villes à vendre, des enfants sans avenir, des ouvriers de l'industrie promis au même sort, des agriculteurs et des pêcheurs harcelés par des normes fixées par des anonymes qui n'ont jamais fréquenté que des bureaux, des femmes et des hommes d'une quarantaine d'années qui survivent dans la rue parce qu'ils ont tout perdu emploi, maison, famille, raison de vivre, et au-dessus de toute cette misère, de cette injustice, des bureaucrates de partis et de syndicats qui se foutent de tout sauf de leur carrière, et pour les moins malhonnêtes, qui feignent de croire encore que demain tout ira mieux, en défilant ici ou là avec des calicots, en hurlant des slogans ravageurs. 

Il y a ceux qui profitent, les milliardaires pour qui la misère des autres est bien triste. Et les autres, les pauvres qui ont leur carte sur eux, qui la promènent partout, à la sécu, chez le médecin, à la mairie, dans tout ce que la république bonne mère a prévu pour eux de secours sociaux, ces professionnels de la débrouille qui baladent leur indigence au gré des associations charitables, ces pauvres à carte qui n'ont pas besoin de travailler, puisque les autres le font pour eux, les autres qui vivent difficilement, sans assistance, contraints de sacrifier leur vie de famille pour qu'une entreprise qui un jour les oubliera puisse survivre encore quelques années, quelques mois, peut-être quelques jours. Ces pauvres là, les vrais, qu'ils soient dans les villes sur les mers ou dans les champs, sont les victimes d'un système impitoyable dont les valets ont tous les pouvoirs, en particulier celui de perdurer.

 Séisme? Mais la terre tremble depuis un demi-siècle! Il n'y a personne à ce jour pour l'apaiser. Personne. Même pas un parti qui, n'ayant jamais exercé le pouvoir, brille comme un sou neuf, et peut sans réserve débiter des balivernes.

 

 

§