Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2019

Hommage

 

 Treize français sont morts au Mali.


 Ces hommes avaient l’âge de mes fils. Ils étaient un peu comme eux, engagés à fond dans la vie, enthousiastes, ne calculant pas leur peine. Mais le destin a voulu que ces hommes là se trouvent un jour en mission dans un pays en guerre, mission dangereuse car dirigée contre un ennemi qui ne recule devant rien pour semer la terreur.

 Ils auront droit à tous les hommages, celui du président, ceux de tous les français. 

 

§

 

 Est-ce le moment de mettre en doute la légitimité de l’intervention militaire française dans cette région du monde ? Non, car on ajoute ainsi à la peine des familles le sentiment que tout compte fait le sacrifice des soldats engagés n’aura servi à rien. "Vous voyez bien, le terrorisme a encore eu le dernier mot..."  Honteux ! Coup de poignard dans le dos porté depuis Paris par des politiciens qui n’ont qu’un but, séduire, conquérir de nouveaux électeurs parmi des gens qui de bonne foi n’aspirent qu’à la paix.


 Dire que ce combat là-bas n'a d'autre issue que le retrait des troupes revient à accorder aux terroristes cette arme qui leur manque encore : le découragement, et finalement : le renoncement de l’adversaire. Ils pourront ainsi s’emparer des états qu’ils convoitent, en faire des bases de départ pour des attaques contre la France et d’autres démocraties.


 Il est extrêmement difficile de convaincre certains pacifistes que face au terrorisme islamiste les mots, le dialogue sont impossibles. Car ces défenseurs de la paix à tout prix ne sont pas toujours des défenseurs de la démocratie à tout prix, il peut leur arriver de partager certains points de vue pas très favorables à la culture occidentale, ses valeurs, ses lumières et ses libertés. Ils défilaient il y a peu derrière des écriteaux, des chants et des slogans peu compatibles avec la tradition laïque et républicaine.


 Aux pacifistes on serait en droit de demander, eux qui sont partout et toujours pour le retrait de toutes les troupes : que se serait-il passé en 1940 et 1941 si les pacifistes américains avaient été suffisamment influents pour convaincre Roosevelt de ne pas s’engager dans la guerre ?

 

§

Écrire un commentaire