Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

Les anciens et les modernes


 Je suis toujours étonné de voir les brocantes et vide greniers attirer autant de monde. Les choses qui nous restent du passé s’arrachent parfois à prix d’or. Un téléphone à manivelle d’avant-guerre à l’aide duquel on ne pourra communiquer avec personne coûte aussi cher et même plus que le premier smart phone venu qui vous transmet à la vitesse de la lumière le résultat électoral dans un village perdu aux antipodes. Le dimanche dans ma rue c’est un défilé des plus belles limousines et de cabriolets de prestige des années cinquante et soixante ou même d’avant guerre. Oui vraiment, des sculptures d’automobiles comme on n’en fait plus, quand au son des moteurs, qui n’a pas été sensible au ronronnement du V8 d’une Mustang ou d’une Simca Versailles ? On collectionne tout, des timbres poste et des pièces de monnaie jusqu’aux capsules – french touch oblige- et étiquettes de bouteilles, jusqu’aux boîtes de Camembert.

 Pourquoi ? Parce que ces choses nous rappellent le temps d’avant, un temps que nous regrettons ? Certainement pas quand on sait ce qu’ont vécu les plus âgés d’entre nous, ce qu’ont souffert nos parents. Alors ? Mystère, un de plus. A moins que ces choses nous ramènent à un passé reconstruit, modelé, peaufiné, revisité, un passé heureux dans l’ensemble simplement parce que c’est celui de notre jeunesse. Et la jeunesse, même en guerre, c’est encore la jeunesse. Et si les choses d’avant sont celles qui furent manipulées, conduites, usées par nos parents et nos grands parents, c’est bien nos tendres années qu’elles nous rappellent sur cet étalage hétéroclite qui fait dire à ces personnes : « Dis, ça ne te dis rien...? Maman les rangeait dans le placard de cuisine, on en avait huit et on s’en servait tous les jours ! »

 Pour en finir avec l’idée que c’était mieux avant, reconnaissons que ces choses ne sont aujourd’hui d’aucune utilité. Les belles automobiles du siècle dernier polluent énormément, sont peu confortables et dangereuses, sans ceintures de sécurité, sans renforts latéraux ni airbags, quand aux freins à tambours… Les beaux porte-plume ou stylographes ne sont trempés dans l’encre que pour épater nos petits enfants qui bientôt ne s’adresseront plus à leurs grands parents que par sms ou webcam. Le moulin à café accroché au mur restera un nid à poussière avant son retour peu glorieux en brocante, détrôné par ces bons grains moulus au bout du monde, qui gardent leur arôme en sachet sous vide.

 Aujourd’hui tout n’est pas toujours très beau, mais c’est efficace. Regardez la virtuosité avec laquelle des terroristes préparent et organisent un attentat à cinq mille kilomètres de distance, à l’aide d’un instrument ridicule de huit centimètres sur dix, épais comme un jeu de trente deux cartes. Une bombe peut être télécommandée et dirigée avec précision sur un objectif sans sacrifier la vie d’un pilote. La vie d’un garçon ou d’une fille peut être ruinée ou détruite par des messages anonymes et incontrôlables répandus sur Internet. L’informatique permet aujourd’hui à des milliers de corbeaux de nuire en restant impunis.

 Efficacité oui. Je vais prendre un exemple au hasard. Tenez : la photographie. Avant on pouvait mitrailler, mais Monsieur Kodak vendait le film très cher. Alors on s’appliquait, on se déplaçait, on composait, on cadrait, on mettait au point. Les plus perfectionnistes d’entre nous évaluaient la profondeur du champ de netteté, afin de mettre en valeur le sujet en rendant flou l’arrière plan, ou le contraire : en diminuant l’ouverture, paysage, groupe ou monument devenaient parfaitement nets de trois mètres à l’infini. Ensuite, il fallait travailler encore et encore, développer le film, tirer, agrandir sur papier enduit de bromure d’argent dans la semi obscurité. La feuille qui en sortait humide s’appelait une épreuve. Elle portait bien son nom. Le photographe fatigué et inquiet ouvrait le rideau. Inquiet comme on l’est quand on est responsable de tout. De n’avoir pas choisi le bon papier, la bonne gradation, d’avoir mal cadré sous l’agrandisseur, de n’avoir pas développé à fond. En examinant l’épreuve à la lumière du jour, l’observant sous tous les angles, à force on ne sait plus. La tenant par un coin, on la montrait à d’autres dont il fallait se méfier car pour les amis tout est toujours réussi. Comme la réussite vient rarement du premier coup, on se remettait à l’ouvrage, et un jour, satisfait, oubliant tout le reste, on montait l’épreuve, on l’encadrait. Comme il y a loin de la réussite au succès, on était blessé quand le monde passait à côté sans la regarder. Ou pire sans la voir. Que c’était dur ! Autant que jouer de la musique sans être écouté. Qu’écrire sans être lu. Que parler sans être entendu.

 Heureusement le progrès technologique a mis fin à ces turpitudes. Pour ne pas en louper une, on clique dix fois sur téléphone portable, et hop dans la poche. Le résultat on le montre aux amis entre fromage et dessert, en promenant un doigt bien gras sur un écran de cinq centimètres.

 C’est comme l’orthographe. Etymologiquement : écrire bien. Peu importe aujourd’hui les fautes, les adjectifs non accordés, les verbes mal conjugués, les mots atrophiés, Peu importe, du moment qu’on se comprend. A se demander d’ailleurs pourquoi on continue à écrire, pourquoi pas communiquer par signes et se dire qu’on s’aime par vidéo conférence ?

 Comme il est dur à supporter ce sourire sympathique qu’on vous adresse quand vous dîtes simplement que vous pratiquez encore la photo argentique, et qu’en grammaire il y a des règles à respecter. 

 Alors si c’est vrai que les brocantes attirent beaucoup de monde, on ne peut pas en dire autant des belles choses que nous ont léguées nos parents : la langue française, le goût de la belle ouvrage, le sens de l’effort, la signature apposée au bas de ce qu’on a dit ou de ce qu’on a fait.

 

§

25/10/2014

Des escargots et des hommes

 

Un philosophe disait que l'homme vit dans le projet. Vous me direz, la femme a suffisamment à faire dans le présent entre les vaisselles, les lessives, le ménage, les courses, la toilette et l'habillage des enfants sans compter ses occupations professionnelles... bref revenons à l'homme. Vivre dans le projet c'est ce qui distingue l'homme des animaux. Vous n'imaginez pas un escargot se disant: tiens, la pluie menace, je vais faire une petite sortie. Certes il sort, parce que c'est dans sa nature, depuis des millions d'années les escargots sortent après la pluie. Il ne semble pas y avoir chez les mollusques gastéropodes terrestres la moindre trace de progrès que permettrait l'acquisition de connaissances. Coûte que coûte ils continueront à sortir après la pluie, quels que soient les lieux et les conditions de circulation, sans prendre garde aux charrois, aux calèches ou aux automobiles, indifférents au fort taux de mortalité qui les décime. Chez nous (l'homme) au contraire, bien que le progrès et la marche vers le bonheur ne suive pas une courbe invariablement ascendante, il peut arriver que l'histoire donne lieu à des éclairs de génie. On suppose que la pratique du feu fut le résultat d'un long cheminement de la pensée, joint à des facultés d'observation de phénomènes naturels comme la foudre et les incendies de forêt. Allez transposer cela chez les espèces même les plus évoluées de gatéropodes: impensable ! Alors qu'ils subissent la pluie et les orages, la foudre pourrait tomber des milliards de fois autour d'eux, jamais ils n'auront l'idée de produire une étincelle entre deux silex. Idem pour les mammifères. Apparemment ils n'inventent rien, ce qui n'est pas une preuve d'inintelligence, bien au contraire. L'homme ayant déjà tout inventé ou presque, ils n'ont pas à se torturer les méninges, pour ne prendre que l'exemple du feu, le minou pelotonné au pied de la cheminée aurait-il besoin d'aller inventer quelque chose qui existe déjà ?

 

Je parlais de l'homme, capable d'accumuler les acquis et de faire des progrès, il s'agit bien sûr de l'Homme en général. Il y a cinq cent mille ans, il n'y en a peut-être qu'un qui a pour la première fois allumé un feu. Les autres autour, ébaubis, se sont contenté de regarder. Et le pire, comme nous ne disposons d'aucun témoignage écrit, il n'est pas dit que cette découverte fondamentale ne fut pas l'oeuvre d'une femme. Ce qui me fait supposer cela, en dépit de tous les rires alentour, c'est que depuis les origines la femme est cantonnée aux tâches ménagères et qu'à force de faire la cuisine, il n'est pas impossible qu'elle eût l'idée un jour de cuire ce que son chasseur par monts et par vaux rapportait de ses campagnes. Donc les éclairs de génie, l'intelligence, la faculté d'observer, de comprendre et d'exploiter les phénomènes naturels sont propres à l'Homme en général, femme incluse. Je dis en général, car en examinant les choses de plus près, pour certains d'entre nous, la foudre pourrait tomber pendant des millions d'années sans que rien ne change. Je pense en particulier à ceux qui font le coup de feu. Il est plus facile de propulser des engins de mort ou de faire exploser une bombe que d'inventer quelque chose d'extraordinaire. Ce ne sont pas forcément les manipulateurs d'explosifs et les chasseurs du dimanche qui font des étincelles. 

Pour revenir aux mammifères évolués comme les grands singes, il n'est pas impossible qu'un jour ils inventent quelque chose. Pour cela il faudrait qu'ils continuent d'exister, ce qui implique pour l'homme de faire encore quelque progrès. Ne serait-ce pas un pas en avant décisif pour l'humanité de voir un jour les gorilles, les éléphants, les dauphins et les baleines vivre dans le projet ?

 

§

10:58 Publié dans gens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : femme, homme, animal, progrès

03/07/2014

Magie du progrès

 

 

 Dans le petit jardin trône le barbecue à système de nettoyage one-touch et clapet d'aération en alliage léger. Des enfants clapotent dans la piscine autoportante Liner PVC triple épaisseur, mailles polyester. Le nettoyeur haute pression d'une grande beauté reste un long moment à la vue des passants, il vient de servir. La mousse gagnait inexorablement sur les 240 cm du muret de façade. L'appareil est équipé de la fameuse poignée quick coupling, et surtout de la lance vario power et rotabuse qu'on ne présente plus...

 Il va être temps pour les baigneurs de rentrer, il se fait tard, nul besoin de lever les yeux au ciel pour cela, la lampe extérieure aux accus lithium-ion intégrés vient de s'allumer, preuve incontestable d'un coucher de soleil imminent. D'ailleurs, pour les enfants c'est l'heure de la douche aux multi-jets massants, comme le confirme la montre mode GPS Workout avec tensiomètre et configuration individuelle de cadran du maître de maison. La fonction boussole sera inopérante ce soir, son usage dans la maison est extrêment rare.

 Avant le coucher il faudra éteindre les écrans, celui de l'immense Smart TV connectée LED 31,5 pouces sans fil aux 800 chaînes programmables, sommet technologique capable de révéler les plus infimes détails de l'épiderme des champions du Mondial de foot. Mais à 22 heures plus personne ne sort, les volets commandés par le serveur central isolent la maison de la rue, du quartier et du monde. Du monde pas tout à fait, les ordinateurs, tablettes et smartphones restent en alerte jusqu'à la dernière minute, au cas où.

 Si ce n'est le tuiiiit d'un camescope qu'on a oublié d'éteindre et le pip pip d'une batterie en charge, la maison est calme, mais les centaines de diodes rouges, vertes et oranges qui brillent dans la nuit sont là, signes que la vie n'a pas abandonné les lieux.

 Au petit matin on apprécie les pas décisifs accomplis par la technologie. Rien à mettre en marche, aucun bouton à tourner, il suffit d'approcher la main, un café bien dosé se prépare, il suffit de parler, même de loin, grille-pain et micro-ondes entrent en fonction. Les écrans s'allument pour les journaux du matin, vous informent de tout ce qui se passe dans le monde ou presque. 

 Ou presque. Car ceux qui nous informent sont encore des hommes. Avec leurs croyances, leur conception du monde, leur morale, et aussi les ordres qu'ils reçoivent, la censure et l'autocensure. Cette famille connaîtra en six minutes les prévisions de la météo et les résultats des matches, elle saura qu'un ferry a chaviré entraînant la mort de centaines de voyageurs, que les guerres font des milliers de victimes chaque jour, que le chômage est encore en hausse à la virgule près, qu'un homme qui avait perdu son emploi a mis fin à ses jours et à ceux de ses enfants. Elle ne saura rien de monsieur et madame Martin viticulteurs dans le Mâconnais qui ont tout perdu en une nuit à cause de la grêle. Elle ne saura pas qu'un jeune homme a été agressé et battu par un groupe d'individus parce qu'on disait dans le quartier qu'il était homosexuel. Elle ne le saura pas, ou seulement s'il meurt. Elle ne saura pas non plus que chaque jour des jeunes filles sont insultées ou menacées parce qu'elles ne se couvrent pas d'un voile. Elle ne saura pas qu'ici en France et maintenant des milliers d'hommes et de femmes n'ont plus rien à espérer ni pour eux ni pour leurs enfants car tout ferme, les usines, les gares, les bureaux de poste, les classes. Elle ne saura pas que deux personnes qui ne s'aiment plus se déchirent, et que pour leurs enfants cela est mille fois plus grave que le naufrage d'un navire entraînant la mort de centaines de passagers. Elle ne saura pas que par manque d'entretien et de personnel les passagers d'un ferry seront un jour en danger de mort. 

 Le père et la mère de cette famille ne sauront rien de tout cela. Et c'est mieux ainsi. Imaginez un peu ce que deviendrait notre vie si nous étions informés de ce qui n'est pas factuel, observable, accompli, et parfois même de ce qui nous attend. Que vous êtes en voiture, que la voix du GPS, gorge serrée, vous annonce: " Madame monsieur, il est de mon devoir de vous communiquer que quelques centaines de mètres après le giratoire vous ne pourrez pas éviter le choc frontal avec un camion en panne de freins ! " Jamais vous ne l'entendrez. Délicatesse du progrès technologique.

  Mais il est l'heure de partir, de conduire les enfants à l'école. Ils finissent de survoler le règne du roi soleil, et comme nous sommes en novembre, ils abordent la guerre de 14. Au brevet des collèges, ils écriront dans un français approximatif qu'Hitler a été torturé à mort par Jean Moulin et mettront Paris à la place de Marseille sur une carte de France muette. Heureusement l'informatique fait son entrée dans les cartables pour mettre définitivement de l'ordre dans tout ça. 

 

 

§