Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2022

Eternel recommencement

 

 

 En 1958 Khrouchtchev proposa aux occidentaux (USA, Royaume-Uni, France et RFA) de transformer Berlin en une “ville libre” démilitarisée. Refus catégorique du maire de Berlin-ouest et des occidentaux qui ont rapidement compris qu’il s’agissait d’une grossière manœuvre visant à intégrer définitivement Berlin dans la zone d’influence soviétique.

64 ans plus tard, soviétique ou russe, la manœuvre reste la même, concernant cette fois un pays entier: l’Ukraine..

Les occidentaux (dont je fais partie) n’imaginent pas encore à quel point la pensée qui est la nôtre est différente de celles qui, de l’Oural à l’Asie, de l’Afrique au Moyen-Orient règlent la vie des hommes. Nous ne pouvons nous empêcher d’imbriquer la morale dans le moindre de nos gestes. Avec toujours ce souci: si je fais ceci ou cela, quelles en seront les conséquences pour les autres? Notre cerveau et notre coeur débordent de considérations qui nous ont été léguées par les philosophes, les Lumières, les abolitions de privilèges, les révolutions, autant de principes généreux qui ont été confortés, enrichis par les leçons que nous tirons des désastres totalitaires, des guerres et du génocide du XX° siècle. Chargés de tous ces bagages, il nous a fallu plusieurs mois pour finalement chasser en douceur 200 zadistes de champs qui ne leur appartenaient pas, de peur que l’un d’entre eux ne se blesse, ce qui aurait provoqué des nuits d’émeute dans toutes les grandes villes de France. Et pour à la fin capituler en leur laissant le dernier mot.

Alors qu’à 2000 km d’ici, un homme d’état ravage un pays entier, provoque la déportation de milliers d’habitants, bombarde des théâtres et des hôpitaux, sans aucun respect des traités, surtout sans aucun respect du sort ni de la vie des êtres humains.

Le combat est inégal. Nous pensons trop, c’est notre faiblesse. Il faut espérer qu’à terme, c’est ce qui fera notre force.

§







07/03/2014

Contre l'agression russe en Crimée, Ukraine

 

Alors que la situation en Ukraine est extrêmement tendue, Valentina, une citoyenne russe, a lancé un appel aux autorités sur Change.org.

---

Après avoir lu et vu à la télévision les nouvelles inquiétantes sur la Russie et l'Ukraine nous réalisons peu à peu que tout ce qui se passe en Crimée n'est pas une illusion ou un mauvais rêve. Nous réalisons que le pire de la crise ukrainienne se passe en ce moment - les chars russes, nos chars, ont pénétré dans un pays étranger.

Lorsque la situation concernait la confrontation interne en Ukraine, nous pouvions rester passif et se satisfaire des discussions sur l'influence de la Russie dans les événements de l'Ukraine voisine. Mais maintenant, alors que la Russie interfère officiellement et publiquement dans la situation, alors que les chars de son armée sont entrés en Crimée et que la mer est couverte de sa flotte, quand en plus des mensonges provenant des chaînes de télévision fédérales nous entendons maintenant la propagande venant de la ville de Simferopol en Crimée pour provoquer une guerre civile - ce n'est plus une affaire interne de l'Ukraine. C'est aussi la responsabilité de la Russie, et notre responsabilité à tous.

Par conséquent, nous demandons aux autorités russes d'arrêter cette provocation ignoble et dangereuse - et de retirer immédiatement toutes les troupes militaires sur le territoire ukrainien.

Aux citoyens russes : ne croyez pas la propagande de l'Etat et ne soutenez pas une possible guerre! Nous devons montrer à nos amis en Ukraine qu'un autre point de vue existe en Russie, qu'il y a des gens qui ne supportent pas la propagande et utilisent d'autres arguments que les chars militaires. Maintenant plus que jamais, nous devons faire preuve de respect pour les choix historiques de nos voisins et essayer de gagner leur respect .

Pour l'armée russe en Crimée : ne suivez pas les ordres criminels ! N'oubliez pas que votre tâche est de protéger la Russie et pas d'interférer dans les affaires d'un État souverain. Il n'y a pas de menace pour notre pays en ce moment, donc la seule chose qui a besoin de protection est l'honneur de la Russie.

Pour les habitants de Crimée : vous êtes utilisés dans un jeu politique très cynique, le tout sous prétexte de protéger vos intérêts. Ne répondez pas dans aux provocations! Nous sommes sûrs que tous les Russes, les Ukrainiens, Tatars de Crimée et toutes les autres personnes de Crimée veulent la paix plus que tout. Nous savons que trouver un accord est difficile, mais possible - mais il ne se fera pas par une ingérence d'un État étranger.

Pour tous les Ukrainiens : s'il vous plaît croyez nous, il y a beaucoup de Russes qui sont en désaccord avec les autorités russes. Nous sommes blessés et honteux que le gouvernement utilise notre nom et la situation pour intervenir et briser un pays indépendant en pièces. Nous savons que vous êtes en mesure de résoudre vos conflits en interne. S'il vous plaît rappelez-vous que la Russie a beaucoup de gens qui aiment et respectent l'Ukraine. Restez fort, mes amis.

Valentina

 

 


Je viens de signer la pétition ci-dessus "Vladimir Poutine: Contre l'agression Russe en Crimée, Ukraine" sur Change.org.

C'est une cause importante. Voudriez-vous la signer à votre tour ? Voici le lien
:

http://www.change.org/fr/pétitions/vladimir-poutin-contre-l-agression-russe-en-crimée-ukraine?recruiter=45716981&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Merci !

Michel Pourny

05/11/2010

Anarchistes ? Non. Terroristes.

   

 Des groupes anarchistes envoient des colis piégés aux ambassades et aux dirigeants occidentaux. Apparemment les méthodes terroristes sont restées ce qu’elles étaient au début du siècle dernier quand ils déposaient des bombes au passage de l’Empereur de toutes les Russies. Mais justement, c’était le Tzar, Nicolas II, dernier représentant en Europe d’un régime absolutiste.

 

 La tradition anarchiste n’est pas réductible au terrorisme, les anarchistes n’ont pas toujours été des poseurs de bombes. Bien au contraire, ils furent victimes de la violence policière ou militaire de régimes totalitaires. Nombreux et très actifs avant et pendant la révolution russe, ils n’ont pas survécu à l’instauration du communisme. Ils partagèrent le sort des socialistes et autres démocrates, ceux qui ne s’exilèrent furent liquidés. Les anarchistes espagnols furent les plus valeureux combattants du fascisme franquiste. La mort fut pour nombre d’entre eux le prix du courage, et ceux qui survécurent connurent en France les camps de transit, puis en Autriche, Mauthausen (1). Je pense à toi, Pedro.

 

 En Russie, fantassins dans l’armée de Makhno (2) ou insurgés de Cronstadt, en Espagne membres des brigades internationales et fondateurs de collectivités paysannes, lâchement persécutés ou éliminés par les « tchékistes » (3), les anarchistes ne cachaient pas leur visage, et ne postaient pas de colis piégés. Ils combattaient ouvertement les dictatures dans l’espoir de donner le jour à une société plus juste, plus libre, plus égalitaire.

 

 Les individus cagoulés qui en Grèce ou ailleurs s’en prennent aux ambassades et aux représentants des états occidentaux ne sont pas des anarchistes. Ils ont avec les islamistes un ennemi commun : la démocratie. Ces gens-là au pouvoir seraient les pires despotes. Ils ont oublié la maxime des pères fondateurs, ou peut-être ne la connaissent-ils pas : ni dieu ni maître. D’ailleurs, aucun colis piégé n’a été adressé au régime théocratique iranien où les ayatollahs sèment la  terreur et menacent de faire exécuter Sakineh.

  

(1) Village d’Autriche, sur le Danube, près de Linz. Les nazis y installèrent de 1938 à 1945 un camp de concentration où périrent près de 120000 personnes. © Hachette Multimédia / Hachette Livre, 2001

(2) Nestor Makhno : anarchiste ukrainien qui organisa militairement les paysans contre les armées blanches, avant d’être contraint à l’exil par le pouvoir bolchevik triomphant.

(3) « En Catalogne, l’élimination des trotskistes et des anarcho-syndicalistes a commencé ; elle sera menée à terme avec la même énergie qu’elle l’a été en URSS. » (Pravda du 16 décembre 1936, cité par Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, crimes, terreur, répression, Robert Laffont, p.478)