Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2014

Est-il en notre temps rien de plus odieux...

 

De plus désespérant que de n' pas croire en Dieu (1) ?

 Faudra-t-il qu’un jour on s’excuse de ne pas croire ? Reste-t-il dans notre société encore une petite toute petite place pour les incroyants ? Je dirai même plus : une petite place pour ceux qui ne savent pas, pour ceux qui doutent ? Alors que la religion est partout, pénètre partout, s’insinue dans tous les recoins de l’espace public, que les fidèles s’arrogent tous les droits, sur leurs proches d’abord, voilent les femmes et leurs filles, installent ici ou là des petits avant-goût de charia, se voient accorder des reportages jusqu’à plus soif sur les télés et les radios, ramadans, pèlerinages, prières, nous habituant peu à peu dans les rues et magasins au port de la barbe sur des visages fermés, au camouflage de tout ce qui pourrait évoquer une présence humaine, voilà qu’ils déterminent ce que nos propres enfants doivent manger, et quand en Orient des innocents sont massacrés sur fond de lecture d’un verset du coran, les médias de chez nous, ébaubis, offusqués, effarouchés, s’empressent de voler au secours de qui ? des musulmans d’ici, comme s’ils étaient les victimes, montrant et démontrant, aidés d’une légion de consultants, de philosophes, de sociologues et d’intellectuels compatissants, que l’islam ce n’est pas cela, que l’islam est une religion de paix et d’amour. 

 Et nous dans tout ça ? 

 Tant que les enfants ont la santé, que la famille n’est pas touchée, que la météo est clémente et qu’on arrive en gros à boucler les fins de mois, tant que dans un rayon de cent mètres autour du foyer la moitié de l’humanité n’est pas voilée et que l’appel de l’imam n’atteint pas nos oreilles, on fait les morts. Avec des variantes. Il y a les morts, mais alors indécrottables, ceux qui ne voient et ne verront jamais rien même si on leur plantait des yeux devant et derrière, cent yeux comme ceux d’Argus, mais pour eux ce serait peine perdue, car chez les humains que nous sommes, ce ne sont pas les yeux qui voient, mais le cerveau. 

 D’autres, plus alertes ont vu, ils sentent que quelque chose se passe parce qu’ils ont été confrontés au problème –j’allais dire religieux mais en fait non, plutôt politique vu l’extension du phénomène dans tous les champs sociaux- et ont dû réfléchir, prendre une décision parfois courageuse, le plus souvent en forme de compromis. C’est le cas des policiers,

 bon madame, va pour cette fois, mais pour conduire votre tenue ne convient pas, elle risque de vous faire commettre des imprudences.

 C’est le cas des enseignants qui pour avoir la paix dans certaines académies, doivent admettre que bien qu’elles aient commis ici ou là et parfois des erreurs, les religions et surtout l’une d’entre elles sont des parangons de vertu. Et de visiter avec des classes et des classes d’élèves mosquées et Institut du monde arabe. C’est le cas des politiques et des législateurs qui ne cessent de tourner autour du pot, qui font semblant d’agir et n’agissent pas, qui brandissent haut le drapeau de la république laïque pour mieux cacher leur impuissance.  

 D’autres me feraient rire si la situation n’était aussi grave. Ce sont les pires, en haut de la courbe de la pusillanimité, en un mot les faux-culs. Qui se donnent des airs, modèles de tolérance avec l’esprit tellement ouvert qu’il attrape tout ce qui passe, à commencer par la bêtise et l’obscurantisme pourvu qu’ils viennent d’ailleurs. Vous avez deviné, ce sont nos bourgeois de gauche, nos bobos bien installés chez nous, exclusivement dans les quartiers calmes.

 Oh, comme cette jeune fille porte bien le foulard, mais où vont-elles chercher ces tissus aux couleurs chatoyantes ?

 Ces nounours qui pendant des années ont joué la carte du féminisme, hurlant sur leur conjoint mâle s’il ne prenait pas sa part des corvées du ménage, feignent d’ignorer aujourd’hui la situation difficile des filles et des femmes dans nos banlieues -et au-delà car le fléau gagne les provinces-. Attitude insupportable, mélange de duplicité et de veulerie, car ces femmes-là ont fait des études, savent à quel prix, après des siècles de lutte, l’esprit démocratique a pris l’avantage sur l’obscurantisme. Mais voilà que ce dernier revient sous une forme nouvelle, sûr de lui, habile et fin politique, alternant le chaud et le froid, avançant à petit pas, cajolant ou menaçant. Résultat, dès qu’on ouvre un œil on prend conscience du danger, la trouille nous gagne, on sent que la cause est perdue, on s’en invente une autre, pépère tranquille, genre vivre ensemble nos différences culturelles. Et c’est ainsi mesdames et messieurs que le fascisme s’installe. 

 Il y a pourtant des personnes courageuses, philosophes, politiques ou gens de tous les jours, mais on ne les entend pas ou si peu. Il arrive même qu’on s’en moque ou mieux, qu’on les fasse passer pour des survivants d’un autre âge, des nostalgiques du passé, des républicains rigides, des « laïcards », et même des individus animés par des sentiments racistes et xénophobes ! Comme si la religion avait quelque chose à voir avec la race ! 

 Des millions de nos compatriotes qui croient, qui croient un peu ou qui ne croient pas, qui sont des gens de bien, qui n'ont jamais imposé leurs idées à quiconque, pourraient chanter avec le poète

 

Si l'Eternel existe en fin de compte il voit

Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi.

 

 

§

 

 

(1) Georges Brassens « Le mécréant »

28/11/2012

Oh non ! Toutes les religions ne se valent pas

 

 

 

 

 Au nom de qui, au nom de quoi reprocherions-nous à un croyant de croire ?  Cela s’est vu dans le passé, et sans remonter aux Romains, il y eut au siècle dernier des crimes commis au nom de l’athéisme militant. Il y eut aussi les malheurs survenus à d’honnêtes gens qui ne croyaient pas comme il faut, ou pas au même dieu, ou pas selon les mêmes rites. 

 Et voilà qu’aujourd’hui, alors qu’en occident les tenants du pouvoir spirituel ont mis un bémol à leurs commandements, d’autres s’avancent, menaçants, armés jusqu’aux dents d’un vocabulaire que n’aurait pas renié les inquisiteurs. Ils menacent les mécréants mais aussi les infidèles, ceux qui ne croient pas comme eux. 

 Des libres penseurs, ou qui se prennent pour tels, nous disent que toutes les religions sont à mettre dans le même sac…poubelle s’entend. Voilà un bel exemple d’intolérance. Imaginons un peu ces gens au pouvoir… Ne répétons pas les errements meurtriers du siècle dernier. Quand on regarde ce qu’est l’islam aujourd’hui, on constate que toutes les religions ne se valent pas. Avez-vous entendu les juifs, les chrétiens, les hindouistes, les bouddhistes appeler à la guerre sainte contre les incroyants ? Les avez-vous vu attaquer des lieux de culte à la voiture piégée aux heures de grande affluence ? Non. Ces actes meurtriers sont certes les effets de l’ignorance et du bourrage de crâne, mais aussi les accomplissements d’un dogme dont la cohérence est la volonté de domination d’une communauté sur toutes les autres y compris par la violence. 

 L’islam : une religion ? 

 Pour les croyants sincères, le culte est un rapport, un lien avec la puissance divine. Pour la plupart des religions, le respect du dogme n’implique nullement l’indifférence, le mépris, encore moins la haine de l’autre, encore moins sa disparition. Bien au contraire, au moins dans l’esprit. Si ce ne fut pas toujours le cas, ça l’est aujourd’hui. Je regarde les intégristes chrétiens battre le pavé, leurs propos sont durs, intolérants, déconnectés des préoccupations des gens, tout au plus, ils suscitent la moquerie. Mais quand le soir ils rentrent chez eux et  s’occupent de leurs enfants qu’ils ont souvent nombreux, le calme revient dans le pays et leurs concitoyens dorment sur leurs deux oreilles.  

 L’islam ne tient pas en place, il empiète sur la vie des gens. Il en veut toujours plus. Il est totalitaire. Il investit les partis, les associations, les clubs sportifs. Il pénètre l’état, l’administration, les services publics, les programmes scolaires. Se faisant l’avocat du droit à la différence, il séduit les enseignants, s’impose dans les écoles. Il s’infiltre partout, dans les télés, les publicités. Le pouvoir politique lui est acquis, au nom de cet autre culte, qui consiste à glorifier la bêtise pourvu qu’elle vienne d’ailleurs. Culte sans lequel les musulmans seraient des femmes et des hommes comme les autres, sans s’afficher comme tels, en acceptant de vivre selon les lois du pays qui les accueille.  

 Au nom du respect à tout prix de la diversité culturelle on a rangé les déclarations des droits humains au fond des tiroirs. C’en est fini de l’Universel. Oubliées les Lumières. Place à la tradition, aux mœurs d’un autre âge. Après tout, si un fils, un frère ou un père oblige une femme à se voiler la face, au pire on dira l’air désolé que ce n’est pas bien, au mieux qu’elle a de très beaux yeux, ou que la haute couture n’a pas encore révélé tous ses secrets. Au nom du même non-respect de nos principes, pourquoi ne pas admettre le châtiment par le fouet, la polygamie, l’excision, la lapidation ? 

 Je relis alors ce beau texte de Spinoza. 

« Ayant ainsi fait connaître les fondements de la foi, je conclus enfin que la connaissance révélée n’a d’autre objet que l’obéissance et est ainsi entièrement distincte de la connaissance naturelle, tant par son objet que par ses principes et ses moyens, que ces deux connaissances n’ont rien de commun, mais peuvent l’une et l’autre occuper leur domaine propre sans se combattre le moins du monde et sans qu’aucune des deux doive être la servante de l’autre. En outre puisque les hommes ont des complexions différentes et que l’un se satisfait mieux de telles opinions, l’autre de telles autres, que ce qui est objet de religieux respect pour celui-ci excite le rire de celui-là, je conclus encore qu’il faut laisser à chacun la liberté de son jugement et le pouvoir d’interpréter selon sa complexion les fondements de la foi, et juger de la foi de chacun selon ses œuvres seulement, se demandant si elles sont conformes ou non à la piété, car de la sorte tous pourront obéir à Dieu d’un entier et libre consentement et seuls la justice et la charité auront pour tous du prix. » 

Spinoza.- Traité théologico-politique

 

27/12/2011

"Fêtes de la Nativité endeuillées au Nigéria: 40 personnes en mal d'être"

 

C’est-y pas là un titre politiquement correct ? Car savez-vous…

 

On ne doit pas dire :

 

« Des attentats meurtriers ont été commis au Nigeria par des islamistes qui ont lancé des explosifs dans une église au moment où les chrétiens étaient rassemblés pour assister à  la messe de minuit. »

 

On doit dire :

 

« Des tensions intercommunautaires ont gâché les fêtes de Noël au Nigéria. »

 

C’est là toute la finesse de la langue pratiquée par les estafettes de Sainte Diversité Culturelle.

C’est là aussi l’image de notre propre lâcheté, habitants d’un pays à majorité chrétienne, incapables que nous sommes d’appeler les choses par leur nom : un crime un crime, un innocent un innocent, un musulman un musulman, l’intolérance l’intolérance, un islamiste un abruti. Incapables que nous sommes de manifester notre solidarité avec ceux qui, à deux France d’ici, sont persécutés à cause de leurs croyances religieuses. 

 Nos chrétiens à nous pourront-ils un jour regarder dans les yeux un copte, un catholique de Syrie, un évangéliste nigérian ?