Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2018

Foulard bout de tissu

 


Femme voilée,
mon arrière-grand-mère l’était.
Barbe fournie,
il fut un temps où des révolutionnaires l’arboraient !
Femme claustrée,
la France en a connues, elle en claustrera encore.

Livre de prières
il y en a des piles dans les églises, plus encore qu’il y a de croyants.
Tendance à s’imposer,
cela m’est arrivé quand je n’étais pas convaincant.
Crainte du savoir, de l’histoire, de la science.
Peur de comprendre.

Refus du questionnement,
talon d’Achille de mon voisin d’en face.
Envies de violence,
qui oserait dire qu’un jour elles ne l’ont pas chatouillé ?
Camion fou,
alcoolisme, drogue ou simple fatigue. Perte de contrôle.

Conduite irraisonnée,
ainsi va le monde.

 

 En relisant cela je me dis qu’il n’est pas étonnant que l’islam soit compatible avec mon pays. Certes, du voile sur la femme au camion fou qui tue, cela fait beaucoup pour une seule foi. Mais à constater le peu de réactions des gens autour de moi face à la progression d’un mal qui bafoue les lois, nie les valeurs, et ronge le pays tout entier, force est de constater que le danger réside en nous-mêmes, et non en une religion qui n’a de vérité que le nombre de ses adeptes. Et pourquoi sommes-nous ainsi faits, apathiques, indolents, amorphes ?

 C’est que les français, ça n’existe pas. Il y a mon voisin d’en face qui ne se pose pas de question, mon cousin, un autre que je ne connais pas, et des millions qui chaque jour se font un signe en prenant leur courrier. Mais tant que la personne et ses biens ne sont pas menacés, elle se tait. Elle se fait oublier. En réalité, elle a la pétoche. Au tréfonds de nous-mêmes on a détecté le danger, mais comme un français sur cent meurt par accident ou du cancer, on se dit que ce n’est pas encore notre tour. Et on vit bien comme ça.

 Le hic, c’est qu’on a des enfants. Conduite irraisonnée.


§

 

14:42 Publié dans gens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cécité, apathie, français

28/04/2013

"Sale blanc! Sale français!"

 

 

 En voilà des propos peu sympathiques. Mais ce n’est pas du racisme. Tout au plus des insultes, lancées sous le coup de l’émotion par des jeunes discriminés. Les voilà les victimes, les seules, les vraies.

 C’est aux blancs, ces colons, c’est aux français, ces exploiteurs de l’Afrique qu’il faut intenter un procès. Non mais regardez-les ces innocents, qui hurlent leur chant de guerre aux finales de foot, qui laissent leurs femmes papillonner dans les rues, qui ne croient plus en rien, qui nous bassinent avec les trois couleurs de leur drapeau, qui envoient leurs troupes contre ceux qui croient à quelque chose, là-bas nos frères.

 

 Oh là ! Pas si vite ! S’il y a eu des guerres et des colons, c’était avant. Et on n’était pas nés. Ce n’est pas à soixante millions de français de payer pour des fautes que leurs ancêtres et encore pas tous, ont commises. Si tu veux qu’on revienne sur le passé, on peut, mais c’est un jeu dangereux, il y aurait des surprises. 

  Le bourgeois de gauche qui porte sur ses épaules l’humanisme planétaire, les droits humains, la fraternité et la paix entre les peuples, s’insurge contre l’idée qu’il pourrait y avoir un racisme anti-blanc. Le Monde et Marianne sous le bras, il est content sur les quais de Seine. Le soleil d’un printemps tardif darde ses rayons sur l’onde, et des reflets fantomatiques s’animent sur les reliefs du Pont-Neuf. Il est content. Il a lu dans son journal quelque chose qu’il partage. Le racisme en France touche une écrasante majorité de personnes d’origine étrangère, surtout quand la couleur de leur peau n’est pas blanche. Qu’il y ait parfois –et encore méfions-nous des témoignages, on sait que l’extrême droite est partout dans les rues- des abus venant de personnes qui en ont assez d’être discriminées, obligées de poireauter au bas des immeubles, impatientes qu’elles sont de trouver un boulot, cela ne fait aucun doute. Il ne faut pas prendre ces insultes, le mot est un peu fort, au pied de la lettre. Si vous entendez un jour « sale blanc, sale français », dîtes-vous que c’est un appel au secours, le cri de quelqu’un qui souffre, une victime du capitalisme sauvage, un laissé pour compte, un jeune en mal de vivre, un martyr, pire : un produit de votre propre société en décomposition. Répondez à son appel, excusez-vous, qu’il vous pardonne enfin d’être l’arrière petit-fils d’un homme qui a peut-être été pour quelque chose dans la colonisation de son pays, et qui sait, peut-être d’avoir élu en mai 1981 un président de la république qui, garde des sceaux du gouvernement socialiste de Guy Mollet en 1956, n’était pas le dernier à accepter et même ordonner les décapitations de nationalistes algériens, entre autres du responsable du parti communiste de ce pays. Si vous avez un doute, rendez-vous sur Google, « Mitterrand guerre d’Algérie », c’est instructif, mais ma parole…c’est encore un coup de l’extrême droite, ils sont partout ! 

  Quand au racisme, ce fléau n’a pas de couleur. Il est malheureusement universel. Et celui qui insulte une personne parce qu’elle est française et blanche de peau commet un délit et doit être puni.

 

§

09:10 Publié dans Colère | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : français, blanc, racisme, délit

31/05/2011

L'enfer, c'est les autres

 

 Sartre n’était pas chrétien, mais sa parole jetée est à rapprocher de la parabole attribuée à un personnage de l’antiquité plus tard élevé au rang d’un dieu selon laquelle on voit plus facilement la paille dans l’œil de son voisin que la poutre dans le sien.  

 On savait que le français était l’être le plus intelligent du monde, sachant apprécier les meilleurs vins, savourer les plats les plus raffinés, qu’il était le créateur de la plus grande littérature, parlant la plus belle langue, et tout cela au milieu d’un climat bien tempéré, sous une lumière douce révélant le modelé de paysages merveilleux. C’est bientôt le Tour de France et vous allez en profiter. Jusqu’à son armée qui intervient dans le monde dans le seul but de sauvegarder la paix entre les sauvages. Tout cela on le savait, on vous l’a dit et répété(1). 

 Mais ce qu’on ne savait pas, c’est à quel point l’étranger vivait un enfer. Et particulièrement le pire de tous les étrangers : l’anglo-saxon. D’abord il est gros car là-bas on mange mal. D’ailleurs, on ne mange pas. On bouffe. Dans des Mac Machin, car dehors il pleut sans arrêt. Même dans le désert de la mort, car c’est le pays des excès, de l’irrationnel. Ou alors ce sont des tornades. Pour un oui ou pour un non, mais surtout pour de l’argent, leurs femmes vont en justice. Leur armée fait la police partout dans le monde. Ils font et défont les dictatures, comme bon leur semble. Le pire a été le mois de juin 1944 quand ils ont envahi l’Europe. Ils ont laissé pour morts des milliers de bons français sur les plages, ont déporté les autres dans le grand nord canadien, si ! Ou alors ils ont failli le faire, et ils en étaient bien capables. Car, et nos journaux français le rapportaient bien à l’époque, ces gens-là sont manipulés par le lobby sioniste international. Notre chef d’état de l’époque les avait bien identifiés : c’étaient les judéo-anglo-saxons. 

 Ces propos à peine exagérés sont tenus depuis une éternité par des gens très bien, et bien sûr répétés par d’autres, car c’est pour l’esprit plus reposant de répéter que de réfléchir. Pour les gens très bien je pense à Badinter et à Finkielkraut. J’en suis resté sur le c… Un philosophe ? Je suis d’autant plus déçu que j’admire cet homme qui, contrairement à beaucoup de grands esprits, sait dire ce qu’il pense, ose dire ce qu’il faut. Pas cette fois, du moins je l’espère. Car ce qui est en cause aujourd’hui, ce n’est pas la justice, mais l’attitude d’un homme qui, jusqu’à preuve du contraire, s’est rendu coupable d’agression sexuelle sur une femme. Voilà ce qui est en cause. Et pour ma part, ce qui m’a choqué, c’est cela. Et de le voir menotté… à la vérité je ne l’ai pas vu, mais de le savoir et d’entendre les cris d’orfraie de nos journalistes et politiques de gauche et de droite, cela m’a interpellé bien sûr, mais pas étonné. Car nous vivons dans un pays bien latin, avec ses qualités certes, mais aussi quelques défauts, dont celui de considérer la femme comme la compagne de l’homme. Un accessoire, mais très important, nécessaire à la survie de l’humanité, entendons-nous bien. Donc, ce qui m’a choqué, c’est de ne pas -ou très peu- entendre parler de la victime, mais plutôt des menottes, de la presse américaine à scandale, de la justice capitaliste, en des termes d’ailleurs contraires à la réalité. Au point qu’on se demande si le procès, ici en France, ne sera pas celui de l’Amérique.  

 L’antiaméricanisme. D’où vient-il ? Et pourquoi ? Le chauvinisme français lié à la jalousie suffit-il à expliquer le phénomène ? Certainement pas. Des textes des XVIII° et XIX° siècles, bien avant Maurras et le déchaînement collaborationniste, parlent d’un continent où les animaux et les hommes (on pense aux amérindiens) étaient inachevés, comme si l’évolution avait été plus lente que dans l’Ancien monde. Le phénomène est donc très ancien, bien antérieur à Mc Carthy et à Bush. Il n’est pas lié étroitement à la politique américaine, car même quand les américains font les choses bien, il est toujours à flot. Alors j’en reviens à l’idée de la paille et de la poutre, et je me demande si l’américanophobie ne serait pas seulement une posture reposante, pour des gens qui craignent de se voir tels qu’ils sont.  

 Ce n’est pas mon habitude, mais à l’occasion du 06 juin 2011, soixante-septième anniversaire du débarquement des troupes américaine, canadienne et britannique en Normandie, je publierai à nouveau sur ce blog un texte écrit il y a plusieurs années et qui était passé dans les oubliettes. 

 

(1)  ce n’est pas d’un personnage de l’antiquité, mais… vous le connaissez.