Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2022

Avis de recherche

 

On peut être inquiet. Alors que des femmes courageuses manifestent dans les rues d’Iran, d’abord en hommage à Mahsa Amini, et pour faire valoir leur droit de s’habiller comme elles l’entendent, alors que la dictature religieuse tire à balles réelles, voilà qu’ici... on est sans nouvelles de nos féministes! Où sont-elles passées? Pendant un court instant on a cru s’être trompés: deux ou trois d’entre elles (la tendance dure) sont apparues sur les plateaux de télévision pour se couper une mèche de cheveux, et puis pfffuit… le silence est revenu.

 Que s’est-il passé pour que des combattantes d’ordinaire si résolues, toujours prêtes à en découdre avec le timide auteur imprudent d’un propos déplacé, prennent subitement la poudre d’escampette, quand à Téhéran des femmes se font descendre à bout portant parce qu’elles veulent simplement exister? Je crois savoir.

 Elles sont en réflexion. Elles méditent. Elles se demandent enfin, et ce n’est pas trop tôt, si leur noble admiration pour la diversité des cultures ne les a pas conduites à une impasse. Diversité, oui. Mais jusqu’où? Jusqu’au port du voile pour le sexe féminin depuis le plus jeune âge? Se soustraire aux cours d’éducation physique à l’école? Plonger dans les piscines sans respecter les règles élémentaires d’hygiène?

 Ah ça, elles vont en mettre des sujets sur la table, nos militantes! Leurs discussions doivent être animées. Mais rassurez-vous, elles vont nous revenir fringantes, et les ayatollahs d’ici et de partout n’ont qu’à bien se tenir!

 

§

17:10 Publié dans Colère | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, femmes, féministes

31/12/2011

Sauvons Sakineh !

 

 

 

 Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à mort par lapidation en 2006, pour des crimes qu’elle n’a pas commis. 

 Le jour de Noël, un responsable de la « justice » iranienne a annoncé que Sakineh pouvait être pendue, et vite. 

 L'année dernière, la pétition orchestrée par l'équipe de la revue La Règle du Jeu et par Jean-Baptiste Descroix-Vernier avait rassemblé plus de 170 000 signataires.

Nous devons, absolument, maintenir la pression.

Sakineh peut être assassinée à tout moment.
Visons, pour Sakineh, tous ensemble, un million de signatures.
 

Que chacun d'entre vous relaie ce message à tous ses contacts. 

Je vous renvoie aux deux sites qui sont à l’origine de ce combat, pour la signature de la pétition :

 

www.laregledujeu.org

 www.sauvez-sakineh.org.

18:33 Publié dans portraits | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sakineh, pétition, iran

03/11/2010

Sursis ou pas, il faut empêcher la lapidation de Sakineh !

Pour venir en aide à cette femme menacée de torture et de mort par le régime islamique d'Iran,

c'est peu de choses, mais on peut ajouter son nom à la liste des signataires de la pétition sur:

 

http://laregledujeu.org/