Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2020

Interdire

 


 Cette maxime a plus de quarante ans : « Il est interdit d’interdire », formule ramassée, facile à dire, à écrire, à reproduire. En réalité ce slogan, de libérateur n’en a que l’allure, car en imprégnant les esprits, il a causé des dégâts dans les familles, les écoles, les banlieues, bref partout où la société a besoin de règles, de repères. A une certaine époque il était de bon ton de souhaiter que des criminels en fuite ne soient pas rattrapés par la police. Aujourd’hui encore, on accuse la police d’être elle-même par son attitude –son existence ?- responsable des violences, au moins d’en être à l’origine. Ce qui sous-entend que si la police n’était pas là…

 En réalité, à travers la police, c’est la société qui est visée. La société fondée sur la recherche du profit, l’argent, la spéculation, l’exploitation de l’homme par l’homme, les inégalités. Le discours est simple, clair, précis : si on pique ton portefeuille ou si une étudiante se fait agresser dans le train, ne cherche pas, c’est la faute de la société. Celui qui s’est emparé de ton bien était dans le besoin, l’agresseur de la jeune fille avait lui-même été violenté par son père. Supprimez la misère et vous verrez : c’en sera fini de la délinquance, du crime et même du terrorisme.

 On imagine le désastre que cette idée peut engendrer dans la société humaine. Si c’est la faute des autres, ce n’est la faute de personne. Je pense avec nostalgie à nos maîtres d’autrefois qui s’efforçaient de cultiver en nous le sens des responsabilités. Y en a-t-il encore ? On me dit que oui. Je veux bien le croire, mais ils ne sont pas majoritaires. On nous apprenait que chacun était responsable de ses actes. En classe terminale, les préceptes du philosophe Kant qui affirmait que la maxime de mon action devait pouvoir être érigée en règle universelle, ne provoquaient pas les ricanements. Dans le métro, des gens se font agresser par une bande de voyous, et le commentateur de la radio a cette expression : « des jeunes un peu turbulents ». Alors vous pensez, Kant, on en est loin.

 S’il est interdit d’interdire, c’est le plus fort qui gagne. Ou le plus roué, le plus rusé. Il n’y a derrière mes propos rien de « sécuritaire » au sens péjoratif appuyé de l’angélisme ambiant. Je veux dire que l’absence d’interdictions, règles et sanctions, annonce la fin de la démocratie. Les trois mots qui sont inscrits sur les frontons de nos mairies indiquent d’abord que nous sommes libres. Etre libres de nos actes signifie que nous devons en répondre. C’est le plus beau cadeau que nos ancêtres révolutionnaires nous ont transmis : nous ne sommes plus des sujets, nous sommes libres et responsables. De là l’égalité. Oh certes, devant la loi seulement, c’est déjà beaucoup. Du haut en bas de l’échelle la loi républicaine nous place tous sur un pied d’égalité : chacun doit répondre de ses actes, le milliardaire frauduleux, l’agresseur du métro. La démocratie donne à ces personnes le droit de se défendre.


§

 

 

08/01/2019

Policiers blessés

Pour soutenir les policiers blessés:

 

 

https://www.Leetchi.com/c/soutien-fdo

 

06/10/2014

Sur la condition des policiers

 

 

Peut-être comme vous, j'ai reçu la lettre de Patricia Cordier qui m'a particulièrement ému. J'en reproduis ici un extrait:

 

... aujourd'hui personne n'écoute la détresse de tous ces papas et ces mamans qui comme moi ont perdu leur enfant. On compte en moyenne 42 suicides de policiers par an depuis 5 ans (...) Etre policier dans la ville où il est né n'était pas facile. Il me disait avoir souvent peur que les personnes qu'il arrêtait et qui étaient ensuite incarcérées ne le menacent lorsqu'elles sortaient.

Mon fils David était gardien de la paix. Le 17 octobre 2008, il s'est suicidé avec son arme de service. Depuis je me bats pour que les autorités prennent des mesures fortes pour lutter contre le suicide des policiers. Aidez-moi à obtenir un plan de prévention ambitieux de la part du Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour que l'on protège enfin ceux qui dédient leur vie à la protection des autres (...)

 

Pour tous renseignements et texte de la pétition:

 

http://femmes.orange.fr/societe/news/suicides_dans_la_police_le_combat_d_une_mere_28317.html

 

http://www.change.org/p/bernard-cazeneuve-agissez-pour-stopper-les-suicides-des-policiers?recruiter=45716981&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition