Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2010

Peter

 

 1977 en Irlande. Cet homme est la première personne avec qui nous échangeons quelques mots. La maisonnette est blanche de chaux. Il est debout sur le pas de sa porte. Deux chatons jouent à ses pieds. Tête penchée, il nous regarde.

 

La maison de Peter.jpg

 Il s’appelle Peter. Il n’a d’yeux que pour nos enfants. Il sourit. Un bruit de chariot. Le collecteur du lait s’arrête devant le bloc de béton sur lequel sont déposés les bidons des fermes alentour. Pete fait quelques pas jusqu’à l’homme qui lui tend son litre de lait. Tous les jours Pete a droit à son litre de lait. Peut-être ne vit-il que de cela. Ou d’autres, du village, viennent-ils lui porter quelque chose ? 

 Peter est seul. Seul dans sa maison, et une fois le laitier parti, seul dans la campagne. Le premier bourg est à un kilomètre. Seul avec ses deux petits chats. Il sait qu’on est français. Il connaît quelques mots de notre langue, tout heureux de les prononcer. Ses yeux brillent. Ce sont des larmes. 

 Il n’a jamais posé un pied en France, mais la France il la connaît mieux que personne. Car en juin 1944 son fils s’en est allé, avec des milliers d’autres, pour libérer le pays. Et Peter est resté sans nouvelles. Il baisse les yeux sur les petits chats. C’est tout ce qu’il a, Peter, et chaque jour, cadeau de Dieu, ce soleil qui tourne invisible au-dessus et qui se couche, rouge sur l’horizon.



Peter.jpg

 

23/11/2010

Le 25 novembre, toutes en jupe !

 

Communiqué de Ni putes ni soumises :

 

« Le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, nous appelons toutes les françaises à porter une jupe, qu’elle soit crayon, porte feuille, mini, bouffante, plissée…comme un acte de soutien à toutes celles qui subissent le fait d’être née femme. 

L'évènement Facebook prend de l'ampleur ! Comme nous vous l'annoncions, nous avons créé un évènement "Le 25 novembre, toutes en jupe !" sur Facebook, et aujourd'hui, déjà plus de 40 000 personnes ont confirmé leur soutien, et plus de 200 000 ont été invitées par leurs amis ! Pour retrouver l'évènement, c'est ici : http://www.facebook.com/event.php?eid=111393482260184 

Nous avons besoin de votre soutien. Si vous n'avez pas encore répondu positivement à cet évènement, c'est le moment de le faire ! Et ensuite, n'oubliez pas d'inviter vos amis, en cliquant sur le bouton approprié (en dessous de l'image, sur la page de l'évènement). Plus le compteur grimpera, plus nous aurons de poids pour faire de cette journée une grande journée "Toutes en Jupe !".

N'hésitez pas à transférer ce mail à votre carnet d'adresses ! 

Alors, toutes à vos jupes pour le jeudi 25 novembre!

Amicalement. »

 

L'équipe de Ni Putes Ni Soumises

01 53 46 63 00

19/10/2010

C'est la pénurie

  

  On manque de tout. De profs, de surveillants, de policiers, de gardiens de prisons, de médecins, d’infirmières, d’hôpitaux, de matériel médical.

 On manque d’écoles, on manque de classes.

 On manque aussi et surtout d’emplois, d’un travail bien rémunéré et près de chez soi.

 On manque d’air, du vrai, oxygéné, sans fumée toxique, sans particules chimiques ni oxyde de carbone.

 On manque de femmes et d’hommes politiques sincères et qui auraient le courage de dire ce qu’ils pensent.

 On manque cruellement de philosophes mais attention pas des je sais tout, non des philosophes, des amis de la sagesse, de ces bons vivants prêts à en découdre avec la bêtise humaine, on manque de clowns.

 Oui on manque de clowns, des vrais pas des bouffons, de ces êtres d’exception qui par le rire nous obligent à rire de nous-mêmes. Car le rire aujourd’hui n’est plus que moquerie et ricanement.

 On manque de respect, de politesse, de principes. Quel vilain mot principes et pourtant si certains de nos parents n’en avaient pas eu des principes, aujourd’hui nos moqueries et ricanements on les ferait sous le manteau, ou peut-être derrière les barreaux.

 On manque de mémoire. Quel plaisir ce serait d’entendre un élève de nos écoles lancer à la gueule d’un vieux connard antisémite : « Souviens-toi ! »

 Non seulement on manque de tout mais en plus on fait des régimes pour maigrir. On manque de jugeote.

 On manque d’esprit d’analyse.

 On manque d’esprit tout court. Même l’esprit d’équipe a foutu le camp celui-là on n’est pas obligé de le regretter.

 Une chose qui nous manque énormément, c’est le bon sens. La chose du monde pourtant la mieux partagée d’après le grand Descartes (bien avant Zidane, il a joué en équipe nationale jusqu’à la condamnation de Galilée pour dopage, puis comme avant centre en Hollande et en Suède). Avez-vous déjà vu dans les manifs un calicot sur lequel serait écrit en rouge : « Du bon sens, voilà ce que nous exigeons ! » ?

 On manque de bon sens. A commencer par moi. Car si j’avais été moins bête il y a longtemps que j’aurais replié le clavier et que je serais retourné dans mon labo tirer des paysages qui sont restés à l’état négatif depuis trente ans et des poussières. Mais non, j’insiste. 

 Bon, tout ça ne serait pas encore trop grave, même s’il nous manque quelques profs, quelques policiers ou quelques hôpitaux. Ce serait encore supportable s’il ne nous manquait que la jugeote, des principes et des philosophes. Mais voilà qu’en plus on nous supprime le gasoil !