Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2014

Ces libres penseurs d'un type nouveau

 

Avez-vous remarqué ces derniers temps le nombre de personnes qui sur les ondes tiennent des propos -j'allais dire anti-religieux, oh! que non!- disons plutôt anticléricaux ? Haro sur le pape, l'Eglise en général, silence sur les massacres des chrétiens en Afrique et en Orient, ricanements en direction des manifestants contre le mariage gay... 

J'étais sur un marché dimanche. Deux personnes -témoins de Jehovah- dont l'une portait un grand écriteau invitant à lire la Bible s'arrêtèrent devant un étalage, cherchant à engager la conversation. Les vendeurs, qui étaient quatre ne se retenaient pas de rire et de lancer des balourdises du genre 

"Dieu? Vous l'avez rencontré vous? J'ai beau regarder en l'air et tout autour, je ne vois rien

et les autres d'en rajouter et de s'esclaffer. Les deux personnes gardaient leur calme, tentèrent de prononcer un ou deux mots entre les rires, laissèrent un petit papier sur l'étalage et poursuivirent leur chemin. Avant cela, j'avais dû croiser une bonne dizaine de femmes et de filles voilées accompagnées d'hommes barbus au visage fermé, et je me demandais si mes quatre vendeurs auraient adopté la même attitude rigolarde et méprisante si la conversation avec ces déguisés s'était engagée sur Dieu. 

Bien sûr que non, gardons les pieds sur terre, la présence de cinq millions de musulmans sur notre sol (dont la moitié selon un sondage à vérifier ne serait pas opposée à l'instauration de la charia en France) n'incite pas à la désinvolture. Comme dans la cour de l'école, faute d'affronter le puissant, on roule des mécaniques en s'attaquant au faible. 

En outre, ces gens n'ont pas besoin d'afficher un panneau explicatif pour convaincre, leur tenue suffit, la propagande fait le reste, instillée quotidiennement sur les radios et télés des bisounours qui nous gouvernent.

 

§

07/10/2014

Est-il en notre temps rien de plus odieux...

 

De plus désespérant que de n' pas croire en Dieu (1) ?

 Faudra-t-il qu’un jour on s’excuse de ne pas croire ? Reste-t-il dans notre société encore une petite toute petite place pour les incroyants ? Je dirai même plus : une petite place pour ceux qui ne savent pas, pour ceux qui doutent ? Alors que la religion est partout, pénètre partout, s’insinue dans tous les recoins de l’espace public, que les fidèles s’arrogent tous les droits, sur leurs proches d’abord, voilent les femmes et leurs filles, installent ici ou là des petits avant-goût de charia, se voient accorder des reportages jusqu’à plus soif sur les télés et les radios, ramadans, pèlerinages, prières, nous habituant peu à peu dans les rues et magasins au port de la barbe sur des visages fermés, au camouflage de tout ce qui pourrait évoquer une présence humaine, voilà qu’ils déterminent ce que nos propres enfants doivent manger, et quand en Orient des innocents sont massacrés sur fond de lecture d’un verset du coran, les médias de chez nous, ébaubis, offusqués, effarouchés, s’empressent de voler au secours de qui ? des musulmans d’ici, comme s’ils étaient les victimes, montrant et démontrant, aidés d’une légion de consultants, de philosophes, de sociologues et d’intellectuels compatissants, que l’islam ce n’est pas cela, que l’islam est une religion de paix et d’amour. 

 Et nous dans tout ça ? 

 Tant que les enfants ont la santé, que la famille n’est pas touchée, que la météo est clémente et qu’on arrive en gros à boucler les fins de mois, tant que dans un rayon de cent mètres autour du foyer la moitié de l’humanité n’est pas voilée et que l’appel de l’imam n’atteint pas nos oreilles, on fait les morts. Avec des variantes. Il y a les morts, mais alors indécrottables, ceux qui ne voient et ne verront jamais rien même si on leur plantait des yeux devant et derrière, cent yeux comme ceux d’Argus, mais pour eux ce serait peine perdue, car chez les humains que nous sommes, ce ne sont pas les yeux qui voient, mais le cerveau. 

 D’autres, plus alertes ont vu, ils sentent que quelque chose se passe parce qu’ils ont été confrontés au problème –j’allais dire religieux mais en fait non, plutôt politique vu l’extension du phénomène dans tous les champs sociaux- et ont dû réfléchir, prendre une décision parfois courageuse, le plus souvent en forme de compromis. C’est le cas des policiers,

 bon madame, va pour cette fois, mais pour conduire votre tenue ne convient pas, elle risque de vous faire commettre des imprudences.

 C’est le cas des enseignants qui pour avoir la paix dans certaines académies, doivent admettre que bien qu’elles aient commis ici ou là et parfois des erreurs, les religions et surtout l’une d’entre elles sont des parangons de vertu. Et de visiter avec des classes et des classes d’élèves mosquées et Institut du monde arabe. C’est le cas des politiques et des législateurs qui ne cessent de tourner autour du pot, qui font semblant d’agir et n’agissent pas, qui brandissent haut le drapeau de la république laïque pour mieux cacher leur impuissance.  

 D’autres me feraient rire si la situation n’était aussi grave. Ce sont les pires, en haut de la courbe de la pusillanimité, en un mot les faux-culs. Qui se donnent des airs, modèles de tolérance avec l’esprit tellement ouvert qu’il attrape tout ce qui passe, à commencer par la bêtise et l’obscurantisme pourvu qu’ils viennent d’ailleurs. Vous avez deviné, ce sont nos bourgeois de gauche, nos bobos bien installés chez nous, exclusivement dans les quartiers calmes.

 Oh, comme cette jeune fille porte bien le foulard, mais où vont-elles chercher ces tissus aux couleurs chatoyantes ?

 Ces nounours qui pendant des années ont joué la carte du féminisme, hurlant sur leur conjoint mâle s’il ne prenait pas sa part des corvées du ménage, feignent d’ignorer aujourd’hui la situation difficile des filles et des femmes dans nos banlieues -et au-delà car le fléau gagne les provinces-. Attitude insupportable, mélange de duplicité et de veulerie, car ces femmes-là ont fait des études, savent à quel prix, après des siècles de lutte, l’esprit démocratique a pris l’avantage sur l’obscurantisme. Mais voilà que ce dernier revient sous une forme nouvelle, sûr de lui, habile et fin politique, alternant le chaud et le froid, avançant à petit pas, cajolant ou menaçant. Résultat, dès qu’on ouvre un œil on prend conscience du danger, la trouille nous gagne, on sent que la cause est perdue, on s’en invente une autre, pépère tranquille, genre vivre ensemble nos différences culturelles. Et c’est ainsi mesdames et messieurs que le fascisme s’installe. 

 Il y a pourtant des personnes courageuses, philosophes, politiques ou gens de tous les jours, mais on ne les entend pas ou si peu. Il arrive même qu’on s’en moque ou mieux, qu’on les fasse passer pour des survivants d’un autre âge, des nostalgiques du passé, des républicains rigides, des « laïcards », et même des individus animés par des sentiments racistes et xénophobes ! Comme si la religion avait quelque chose à voir avec la race ! 

 Des millions de nos compatriotes qui croient, qui croient un peu ou qui ne croient pas, qui sont des gens de bien, qui n'ont jamais imposé leurs idées à quiconque, pourraient chanter avec le poète

 

Si l'Eternel existe en fin de compte il voit

Qu'je m'conduis guèr' plus mal que si j'avais la foi.

 

 

§

 

 

(1) Georges Brassens « Le mécréant »

24/09/2014

Islam hors de cause

 

 

Il ne faut pas dire islamistes. On pourrait induire les gens en erreur. Dans le mot il y a islam. Ceux qui maltraitent qui violent et qui tuent sont des brutes, des primitifs, des sauvages, des arriérés, des barbares, des terroristes, des fondamentalistes, des intégristes, des criminels, des assassins. Ces gens-là n'ont rien, absolument rien à voir avec une quelconque religion, encore moins avec une religion d'amour. Religion d'amour qui s'épanouit aujourd'hui en France, en voie de dissolution complète dans la république, sourcilleuse du respect de la laïcité jusqu'aux limites de l'intolérance, championne infatigable des droits et libertés des femmes, apôtre de l'entente cordiale entre toutes les confessions, avec une petite préférence il faut le reconnaître pour les chrétiens et les juifs. 

Non vraiment, les meurtres de femmes d'hommes et d'enfants ne sont pas l'oeuvre d'individus qui agiraient sous l'empire d'une foi religieuse. Certes il peut arriver que la foi aveugle. Pas d'inquiétude pour nous ni pour nos enfants, ni pour la république. La preuve s'il en était besoin, c'est de voir, aussitôt les faits connus, avec quelle détermination les musulmans de France ont condamné les actes barbares commis contre des populations sans défense. 

D'ailleurs, nos politiques le disent et le répètent: quand il y a de la violence quelque part dans le monde, l'islam est hors de cause. On va pouvoir continuer à fermer les yeux et faire un gros dodo.

 

§