Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2012

La diversité culturelle au banc d'essai

 

 

 Quatre petites filles d’origine africaine avaient été excisées, c’est-à-dire qu’elles avaient subi l’ablation du clitoris. Les faits s’étant produit sur le sol français, voilà que la justice s’en prend à leurs parents qui sont poursuivis pour « complicité de violence volontaire ayant entraîné une mutilation sur une mineure de moins de quinze ans par un ascendant ». Ils encourent une peine de 15 ans de réclusion criminelle. 

 On peut espérer des réactions rapides du MRAP et de SOS racisme, et leur condamnation sans réserve de la justice française, justice d’une civilisation qui se croit à même de juger et de condamner des personnes venues d’ailleurs apporter ici, au milieu d’une société qui confond liberté et lubricité, un peu de rigueur dans le pur respect des valeurs fondamentales : le plaisir pour la femme c’est l’enfantement, les travaux ménagers, l’obéissance à son maître, et la prière. 

 Toutes choses qui ne sont pas encore bien assimilées dans notre culture. Claude Guéant avait raison : toutes les civilisations ne se valent pas. Il en coulera encore de l’eau sous les ponts avant que nos esprits s’ouvrent et acceptent dans les faits la diversité culturelle. 

§

11/02/2012

Les propos de Claude Guéant

 

 Les radios nous abreuvent des propos de Claude Guéant. Ah oui, vraiment ? On passe en boucle la formule : « toutes les civilisations ne se valent pas ». Auditeur de France-info et d’Europe 1, je connais maintenant la formule par cœur, et des millions de français aussi. 

 Voici, diffusés par la presse écrite, d’autres extraits du discours de Claude Guéant devant les étudiants de l’UNI: 

« Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous toutes les civilisations ne se valent pas. » 

« Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. » 

« Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. » 

« Cela étant, si c’est l’occasion pour les français de se déterminer entre deux familles politiques qui n’abordent pas la vision d’avenir de notre société de la même manière, eh bien c’est une bonne chose. » 

 100 mots en tout, sujets sans doute à discussion, et c’est très bien, ça réveille.

 100 mots ! Et les angelots qui font la pluie et le beau temps sur les ondes n’en retiennent que 7, les sept mots qui les arrangent, qui leur permettent de substituer au débat : l’invective.

 Une bien curieuse façon d’informer les gens. 

 

§

26/01/2012

"L'élue manquait de sensibilité..."

 

 C’est le jugement du maire de la ville. Car cette femme, élue de l’arrondissement, ceinte de l’écharpe tricolore, a demandé à la mariée de retirer son foulard.  

 Pour l’avocat du couple ce fut « une atteinte à la liberté fondamentale qu’est la liberté de religion ». Une décision qui a créé « une humiliation lors de ce moment si précieux qu’est la célébration du mariage ». Il est demandé 50000 € de dédommagement faute de quoi un recours sera engagé devant la justice administrative.  

 Et encore, 50000€ ce n’est rien. Cette élue qui avait la prétention de défendre la liberté de la femme n’a pas compris que se couvrir la tête est un choix, libre de toute contrainte, signe que la femme est la gloire de l’homme. Comme le dit Paul : 

« Tout homme qui prie ou qui prophétise la tête couverte déshonore son chef. Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise la tête non voilée déshonore son chef : c'est comme si elle était rasée.  Car si une femme n'est pas voilée, qu'elle se coupe aussi les cheveux. Or, s'il est honteux pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou d'être rasée, qu'elle se voile.  L'homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu'il est l'image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l'homme.  En effet, l'homme n'a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l'homme; et l'homme n'a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l'homme.  C'est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l'autorité dont elle dépend. »  (I Corinthiens 4-10) 

 Malheureusement les chrétiens n’ont pas maintenu la tradition. Les musulmans sont là pour faire respecter les vraies valeurs et remettre les choses et les femmes à leur place. Néanmoins il ne faudrait pas appliquer la loi religieuse avec trop de rigidité. Bon, une élue a commis un écart. Je rappelle qu’on est en république, la lapidation n’est encore pas pratiquée chez nous. On pourrait se contenter d’excuses publiques. Les anges nous pardonneront.

 

§