Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2017

Un monument pour se souvenir

 

Numérisation_20171128.png

cliché M.Pourny

En République tchèque au nord de la Bohème, à Liberec. Près de l’hôtel de ville, un monument rend hommage à neuf habitants de la ville. Des chenilles de char stylisées en bronze rappellent le massacre perpétré par les troupes communistes pour mettre fin au Printemps de Prague. Ces neuf personnes, dont les noms figurent à l’endroit sur une plaque, et à l’envers sur la chenille d’un char ont été tuées le 21 septembre 1968.

Il faudra bien qu’un jour nos concitoyens sachent quelle fut l’ampleur des crimes commis par les soviétiques contre les peuples qu’ils asservirent. Comme il y a des mémoriaux et des musées pour ne pas oublier ce qu’ont fait les nazis, ouvrons donc de nouveaux mémoriaux, de nouveaux musées pour rappeler ce que fut l’univers concentrationnaire en Sibérie, les persécutions contre les prétendus ennemis du peuple, les famines provoquées par les collectivisations, les déportations de peuples entiers, les massacres en Pologne suite au pacte germano-soviétique, les aveux forcés, les internements d’intellectuels en hôpitaux psychiatriques, les répressions sanglantes des révoltes ouvrières en Allemagne orientale, en Pologne et en Hongrie en 1953 et 1956, l’invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968, et bien d’autres crimes qu’un régime manipulateur parvenait à cacher au monde, laissant croire qu’un paradis s’édifiait à l’est du rideau de fer.

 

§

05/12/2016

Angel Cuadra, poète

 


Vous les seigneurs de la haine,
vous les nouveaux rapaces,
oligarques flambant neufs,
ordonnateurs de la dérision,
testamentaires aujourd'hui d'ancestrales vengeances;
vous qui, aux oreilles des peuples
faites exploser les obus de votre "justice sociale";
c'est vous, microphoniques menteurs,
autopotentats des pauvres, autoproclamés capitaines prolétaires;
vous, messies dissimulés,
hypocritement furibonds;
vous, dispensateurs d'un miel annoncé;
vous, techniciens de l'imposture;
vous, techniciens de l'insulte;
vous, techniciens de la mort...
qui nous avez appris cette langue que je parle.

 

Déjà opposant à la dictature de Batista avant 1959, Angel Cuadra fut arrêté en 1967 pour activités politiques subversives contre la dictature castriste, et condamné à quinze ans de prison. Président du Pen Club des écrivains cubains en exil, en mars 1981 Amnesty international l'a sélectionné comme le "prisonnier de conscience" du mois.

Ce poème est extrait de l'Anthologie de la poésie cubaine censurée proposée par Zoé Valdés publiée par Reporters sans frontières, la FNAC et les éditions Gallimard

28/06/2016

Trois mots

 

 

 En flânant dans la rue il vous arrive certainement de vous arrêter devant un kiosque et de jeter un œil sur la une des quotidiens. Ce fut mon cas la semaine dernière, il faut dire que l’actualité, sociale en particulier, incite chacun d’entre nous à s’informer. Si on ajoute au climat social délétère le danger terroriste, chacun s’enquiert heure par heure de ce qui se passe dans le pays. Je tombai donc sur ce titre en grands caractères :

 

LIBERTE, EGALITE, MANIFESTEZ !

 

 Plus qu’un titre, plus qu’un scoop, c’était une injonction. J’oserai même, vu l’état d’urgence dans lequel les fous de l’islam ont plongé le pays : un appel au meurtre. Les policiers déjà mobilisés chacun sait pourquoi, et fatigués, avaient bien besoin d’être appelés à protéger vitrines, magasins, bâtiments publics et hôpitaux contre des cagoulés qui profitent du conflit social pour faire connaître au peuple leur programme : tout casser, à commencer par la police. On peut regretter que des syndicalistes, des journalistes, des gens de tous les jours aient déjà oublié ce qu’ils doivent à nos policiers sans la vigilance desquels les libertés de circuler, de dire, de publier et de blasphémer seraient réduites à néant.

 Mais il y a autre chose. De qui est venue l’idée d’un titre aussi provocateur ? Ce journaliste doit pourtant savoir que du temps où ses maîtres à penser régnaient sur la moitié de l’Europe, il n’était pas question de manifester, impensable de revendiquer, dangereux d’exprimer une opinion autre que celle du secrétaire général, quand à l’égalité, elle était le fait de ceux qui n’étaient pas membre du parti, qui devaient se contenter du minimum en attendant des jours meilleurs, après l’édification définitive du bonheur sur la terre. On me dira, les communistes ont changé, ce ne sont plus les mêmes aujourd’hui, regardez en Italie, le mot lui-même n’est plus revendiqué. J’écoutais leur secrétaire général l’autre jour, il me faisait presque de la peine, pas de grande envolée, encore moins de colère, un ton monocorde, quand à l’humour vous aurez plus de chance d’en trouver chez les militaires. Aucune référence au passé, le Goulag, les procès de Moscou, les internements en hôpitaux psychiatriques, l’écrasement des révoltes ouvrières dans les pays de l’est,  tout est passé sous silence, tout est oublié. C’est dangereux l’oubli, ça peut coûter cher. J’y pensais il y a quelques mois en apprenant que sur la place de la République où manifestait l’extrême gauche, un philosophe avait été interdit.

 

                                                                           §